Hausse du salaire minimum: des impacts positifs

L'économie réelle, les économies locales et régionales, tireraient... (Bloomberg)

Agrandir

L'économie réelle, les économies locales et régionales, tireraient profit d'un pouvoir d'achat augmenté pour plus de 300 000 travailleuses et travailleurs à faible revenu, dont ceux oeuvrant dans le domaine de la restauration.

Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre ouverte de Sylvain Charlebois intitulée «Un 15 $ qui dérange», publiée dans notre édition du 29 août dernier.

L'auteure, Marie-Josée Magny, est directrice générale du Carrefour d'aide aux non-syndiqués et membre du Front de défense des non-syndiqués.

L'ouverture du premier ministre du Québec à discuter d'un salaire minimum substantiellement plus élevé fait réagir. Malheureusement, les principales réactions sont empreintes d'une démagogie capitaliste qui fait peu pour l'économie réelle.

On ne cesse de nous parler des prétendus impacts négatifs sur l'emploi, en nous disant que des «études» (qu'ils ne citent jamais et qui sont de l'ordre de la projection et non de la démonstration empirique) démontrent qu'il y aurait des pertes d'emploi.

Monsieur Charlebois nous parle longuement des impacts sur la restauration... Sait-il que le salaire minimum dans la restauration au Québec est inférieur au taux régulier et que c'est le taux régulier du salaire minimum dont il est question lorsqu'on demande 15 $ l'heure?

Il nous parle aussi des producteurs agroalimentaires, sait-il qu'ils sont nombreux à importer une main-d'oeuvre étrangère, qui lorsqu'on inclut tous les frais afférents à leur séjour ici, coûte déjà plus de 15 $ l'heure et que ceux qui ne font pas appel à la main-d'oeuvre étrangère paient souvent 15 $ ou plus l'heure pour conserver leur main-d'oeuvre locale?

Il nous brandit la menace de remplacer les employés par des machines, comme chez McDonald's. La restauration ce n'est pas que le «fastfood». Les bons restaurants qui désirent offrir une expérience et un excellent service à la clientèle continueront d'embaucher, et il faudra toujours quelqu'un pour remplir les commandes, desservir les tables, laver la vaisselle et vider les poubelles!

Ce que les détracteurs d'une hausse du salaire minimum omettent de nous dire c'est que l'économie réelle, les économies locales et régionales, tireraient profit d'un pouvoir d'achat augmenté pour plus de 300 000 travailleuses et travailleurs à faible revenu.

Ces travailleuses et ces travailleurs consommeraient davantage dans les commerces et établissements locaux et régionaux. Bien sûr que les premières semaines ces personnes régleront le plus urgent, les dettes et ensuite dépenseraient davantage en alimentation, en vêtements, en divers biens et services à la personne, dans ces mêmes entreprises qui paient leurs employés au salaire minimum. Conséquence? Une augmentation des ventes!

L'augmentation des prix aux consommateurs est la menace idéale pour faire croire à la population qu'elle serait perdante. Comment la société peut-elle être perdante en réduisant la pauvreté?

En augmentant le nombre de contribuables? En diminuant la pression et la demande sur les programmes sociaux? Expliquez-nous en nous parlant d'autres choses que les prétendues pertes de revenus des entreprises qui verront leurs ventes augmenter!

Ce ne sont pas que les entreprises qui font vivre le Québec, ce sont aussi les salariés qui y travaillent et qui consomment, qui paient des taxes et impôts. D'ailleurs, les revenus de l'État proviennent majoritairement des poches des citoyens et non de celles des entreprises!

Quant à l'augmentation des coûts à la consommation qui fait aussi partie de ces arguments de la peur, il s'agit ici d'un choix purement politique afin que des consommateurs s'opposent à l'augmentation du salaire minimum, puisqu'en augmentant les prix, ils perdraient ces nouveaux consommateurs, feraient augmenter le coût de la vie et par conséquent, nuiraient à leur propre entreprise!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer