Ce que Charlebois doit faire

En réaction à la lettre de Sylvain Charlebois intitulée

Agrandir

Photo: Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre de Sylvain Charlebois intitulée «La crème glacée... salée», publiée le 30 juillet dernier, ainsi qu'aux lettres d'Alexandra Malenfant-Veilleux et de Réjean Hivon sur ce même sujet, publiées respectivement le 1er août et le 8 août.

À la lecture de vos affirmations, Monsieur Charlebois, je me suis demandé si cela était sérieux ou si c'était peut-être de l'humour sur le dos des producteurs, mais non, c'était une personne avec un doctorat. Vous devez vous taire, surtout sur l'agriculture. Taisez-vous.

Si toutefois l'envie de parler vous reprend, allez à Québec ou à Ottawa et allez parler avec nos ministres de l'Agriculture, ils ont peut-être des doctorats semblables au vôtre. Je suis certain que vous allez être bien. Vous pourrez même discuter en dégustant une bonne crème glacée faite de beurre!

Ce que madame Malenfant-Veilleux doit faire est de continuer à écrire des réalités, parler au nom du monde ordinaire. Les propriétaires de laiterie sont capables de s'occuper d'eux. Vous honorez votre doctorat et votre réputation.

Merci de vos commentaires et bonne chance. J'aimerais que l'UPA vous courtise pour un emploi. Vous apporteriez de la fraîcheur et une sérénité certaine.

Ce que monsieur Hivon doit faire, c'est d'être présent. J'avais une grande fierté de vous lire, vous connaissez votre affaire à faire rougir de honte des hauts personnages.

Je vais me permettre de vous parler en «gens ordinaires»: vous avez bouché d'aplomb un «un péteux de broue». Vous êtes un pivot pour les producteurs. Merci, vous êtes un champion.

Luc Trahan

ex-producteur laitier

Saint-Sévère

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer