Le devoir de préserver la vie

La Maison Albatros de Trois-Rivières n'administre pas l'aide... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Maison Albatros de Trois-Rivières n'administre pas l'aide médicale à mourir, comme la très grande majorité des maisons de soins palliatifs au Québec.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à l'éditorial de Martin Francoeur intitulé «L'intérêt du patient», publié dans notre édition du 19 août dernier.

J'espère, moi, de tout coeur que la majorité des centres de soins palliatifs ne reverront pas leur position sur l'aide médicale à mourir, car ils y perdraient sûrement leur âme. Les centres de soins palliatifs se doivent de demeurer ce qu'ils sont et ils ne devraient au grand jamais changer la mission de leurs organismes. Dans le suicide assisté, trois personnes sont coupables: celle, la première, qui demande le suicide, la deuxième, le médecin qui s'affaire à la fabrication du cocktail conduisant à la mort, la troisième, son ou sa complice qui l'assiste. Toutes trois sont coupables et seront jugées, un jour.

Les gens oeuvrant dans les centres de soins palliatifs sont des gens de coeur, pleins de bienveillance et ayant à coeur l'intérêt du patient. Mais la plupart de ces gens ont une foi en Dieu leur Créateur; eux ne l'oublient pas! Ils ont à coeur une autre loi, celle-là divine, une loi bien au-dessus des lois humaines dont un de ses commandements s'exprime ainsi: «Tu ne tueras point». Aux médecins, j'aimerais rappeler ceci: il est étrange et contradictoire que vous, qui accueillez avec joie entre vos murs la vie, vous soyez aussi d'accord pour supprimer cette même vie. Votre devoir est de soulager de votre mieux la souffrance humaine et de préserver la vie en ne participant pas à l'enlèvement de celle-ci. Pareillement pour ceux et celles qui oeuvrent dans les centres de soins. Pour un monde athée... Le choix est fait, irréversible, le débat clos (bien qu'il ne le sera jamais).

Les êtres humains sauront, un jour, ce qu'il en coûte de mépriser, de bafouer sa loi, de bafouer l'autorité suprême. Pas de retour en arrière pour qui que ce soit. Pour toutes et pour tous, le choix est clair: vous êtes pour votre Créateur ou vous êtes contre lui. Dieu n'a pas épargné la souffrance à son propre Fils.. Pensez-vous qu'il vous épargnera, vous? Vous rêvez!

Réjean C. Martin

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer