Le maire Alain Drouin: homme du peuple!

Le maire démissionnaire de Nicolet, Alain Drouin, posant... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire démissionnaire de Nicolet, Alain Drouin, posant une dernière fois devant l'hôtel de ville.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Rendre hommage à une personne comme le maire Alain Drouin est tout un défi.

Rendre hommage à une personne comme le maire Alain Drouin est tout un défi.

Comme homme public, il est assez transparent, mais comme individu, il n'est pas facile à percer. Il est un homme très humble, membre à part entière de sa communauté nicolétaine.

Cet homme a marqué pour des années sa ville, avec tout ce qui passe depuis deux décennies.

La ville de Nicolet est loin d'être maintenant la ville aux clochers - c'est certain qu'il en a encore -, mais cette municipalité du Centre-du-Québec est devenue une ville moderne, avec ses infrastructures, ses parcs, son hôtel de ville, sa bibliothèque, son hôpital, son monument aux Anciens combattants, l'hôtel Montfort, le bureau-chef de Sogetel, ses PME, l'École nationale de police du Québec, ses résidences pour les aînés, ses commerces prospères, ses entrepreneurs à l'échelle du Québec, ses maisons d'éducation, etc.

En plus, cette ville est à deux pas de Bécancour et Trois-Rivières.

Le maire Alain Drouin laisse un bel héritage à sa population, il a su redonner aux gens de Nicolet cette fierté, qui est palpable aujourd'hui, leur sentiment d'appartenance et leur attachement à leurs institutions, la revitalisation du centre-ville, des conditions favorables pour ceux et celles qui veulent s'y investir, tant au plan économique, social, artistique, religieux, familial, agroalimentaire, etc.

Le maire Drouin, dans sa façon bien à lui, est un visionnaire, très proche de ses défavorisés. Je me souviens très bien lorsque nous avions des activités communes, et qu'il restait quelques sandwichs, le maire Alain faisait un appel discret!

Il présidait son conseil et dirigeait ses fonctionnaires avec beaucoup de doigté, avec consultation, avec un respect peu commun. La dignité ne manquait pas non plus, il savait être à l'écoute de sa population tant citadine qu'agricole. Ensuite, il pouvait corriger son tir politique afin de faire avancer sa collectivité entière.

En terminant, la rive sud vient de perdre un leader, surtout dans un contexte où les grands défis nous attendent plus que jamais. Les municipalités et les villes le savent bien: l'économie, les emplois, la sécurité, le développement social sont des enjeux majeurs.

Bonne chance, M. Drouin et que Dieu vous protège. Vos gens ont encore besoin de vous!

Jules Pinard

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer