Les chiens agressifs: problèmes loin d'être résolus

Le 8 juin dernier Mme Christiane Vadnais fut sauvagement agressée et tuée par... (Archives La Presse, Martin Tremblay)

Agrandir

Archives La Presse, Martin Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le 8 juin dernier Mme Christiane Vadnais fut sauvagement agressée et tuée par un chien pitbull.

Or, depuis ce temps, les médias nous rapportent régulièrement des incidents se rapportant à des actes d'agression commis par des chiens sur d'autres animaux et aussi sur des humains.

Depuis juin dernier, plusieurs municipalités ont décrété plusieurs règlements visant à protéger les gens face à cette réalité.

Malheureusement ces mesures ne seront qu'un diachylon qu'on appliquera sur le bobo. Le principal problème conduisant à cette situation réside dans le fait qu'à peu près partout dans le monde, n'importe qui peut se procurer un ou des chiens.

Dans ce groupe, oui il y a des pitbulls mais beaucoup d'autres races pouvant constituer un danger. Ces molosses, toutes races confondues, ont besoin grandement d'exercice, d'une bonne qualité de nourriture, d'un environnement approprié et surtout d'un maître qui se soucie de ces exigences primordiales.

Quand je vois un type habitant dans un appartement de 2 pièces situé au 3e ou 4e étage d'un immeuble, qui part travailler et laisse son chien seul pendant de longues heures, je ne suis aucunement surpris du comportement agressif de cette bête quand on la fait circuler parmi les gens, dans un lieu public.

Ce genre de situation que je viens de décrire se produit très régulièrement. Oui, beaucoup de personnes aiment avoir autour d'eux cette présence canine mais sont-elles conscientes que cette réalité de posséder un chien requiert une grande notion de responsabilité et être très conscient des exigences qui s'y rattachent?

Aujourd'hui, être propriétaire d'un chien fait partie de notre société et l'élevage canin génère d'importantes retombées économiques; on n'a qu'à penser aux éleveurs, aux fabricants de nourritures animales, à la SPCA pour s'en rendre compte.

Devant l'ampleur de ce phénomène toujours grandissant, n'y aurait-il pas lieu de penser à mieux structurer l'encadrement se rapportant à l'acquisition d'animaux?

On pourrait par exemple mieux cibler la clientèle en étant plus méticuleux face à l'éventuel client. A-t-il les moyens financiers nécessaires? Peut-il contracter une police d'assurance? A-t-il l'espace et un logement convenable?

Est-il bien conscient des obligations et responsabilités imputées au propriétaire de l'animal? Si ces critères étaient respectés, nul doute que nous ferions face à des situations ou la dangerosité serait grandement diminuée.

Alain Tourigny

Victoriaville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer