Pourquoi subventionner la cruauté animale?

Les activités estivales au cours desquelles des cochons,... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les activités estivales au cours desquelles des cochons, des sangliers, des veaux, et j'en passe, sont soumis à un stress épouvantable et à des risques accrus de blessures à seule fin de divertir des humains en quête de sensations n'ont absolument rien de festives.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre adressée au ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. Pierre Paradis et à la ministre du Tourisme, Mme Julie Boulet.

Mme Devine, directrice de la défense des animaux de la SPCA, avance que la société doit s'opposer fermement à des activités touristiques qui banalisent les actes de cruauté animale. Permettez-moi de souscrire entièrement à son opinion.

Les activités estivales au cours desquelles des cochons, des sangliers, des veaux, et j'en passe, sont soumis à un stress épouvantable et à des risques accrus de blessures à seule fin de divertir des humains en quête de sensations n'ont absolument rien de festives.

Ces dernières années, le gouvernement du Québec a apporté des changements significatifs dans la protection de nos animaux. Il a également mis en place une ligne téléphonique que chacun peut utiliser dès qu'un «animal de compagnie ou d'élevage se retrouve dans une situation inacceptable».

Pourtant, ce même gouvernement continue à subventionner, à même nos impôts, ces tristement célèbres festivals qui, selon ce qu'indiquent les sites officiels, offrent le rodéo extrême, la course du cochon graissé, la prise du veau au lasso ou le terrassement du bouvillon.

Encore cette année, la ministre du Tourisme et responsable de la région de la Mauricie, Julie Boulet, a versé une aide de 25 000 $ au Festival du cochon de Sainte-Perpétue.

La question que je me pose devant cette situation est comment ce gouvernement peut-il espérer convaincre les citoyens de respecter les animaux et d'agir pour leur bien-être tout en continuant de financer la tenue d'évènements où les animaux sont victimes de maltraitance et de cruauté. Trouvez l'erreur. Il faudrait enfin que les bottines de notre gouvernement commencent à suivre ses babines!

En outre, le Code criminel canadien est très précis sur la question. On peut y lire à l'article 445.1 alinéas a) et b), «commet une infraction quiconque volontairement cause ou, s'il en est le propriétaire, volontairement permet que soit causée à un animal ou un oiseau une douleur, souffrance ou blessure, sans nécessité; de quelque façon encourage le combat ou le harcèlement d'animaux ou d'oiseaux ou y aide ou assiste».

Pour ma part, je m'oppose au fait qu'une partie de mes impôts serve à maintenir ce type d'activités.

La seule pensée de contribuer financièrement à la tenue de ces festivals me donne littéralement la nausée. Un sondage à ce sujet me semblerait du reste très révélateur, alors qu'une majorité de Québécois se dit contre toute forme de cruauté animale. Je doute fort que la population soit d'accord pour que l'on maintienne les subventions à ces activités.

Le Québec présente déjà de nombreuses activités estivales de grande qualité. Pourquoi notre gouvernement ne commencerait-il pas en 2016 à utiliser nos fonds publics pour ne financer que les activités touristiques qui respectent les règles d'éthique et du bien-être animal.

Plusieurs municipalités américaines interdisent maintenant la tenue de ce genre d'événements pour le bien-être des animaux. Pourquoi ne ferions-nous pas de même?

Il est urgent de changer l'image que nous projetons par le biais de nos activités touristiques en démontrant que nous aussi avons à coeur le bien-être animal.

Pour ma part, je rêve encore du jour où ceux que nous avons élus pour nous représenter prendront enfin des décisions qui sont en accord avec nos valeurs collectives.

Sylvie Auger

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer