Un rapport qui nous apaise

Les conclusions du coroner Malouin nous permettent de... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les conclusions du coroner Malouin nous permettent de croire que nos efforts et notre persévérance n'ont pas été vains, que nos questionnements et insatisfactions étaient légitimes.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à l'article intitulé «Ginette Poisson: la sécurité pointée du doigt», publié le 29 juillet dernier et faisant état des conclusions du rapport du coroner Luc Malouin à la suite du suicide de cette dame survenu à l'hôpital en 2013.

Ginette Poisson était notre mère, notre soeur, notre tante. Le 5 octobre 2013, elle s'est suicidée à l'aide d'un morceau de drap dans une salle de bain de l'unité de psychiatrie du CHAUR (hôpital Sainte-Marie) du CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec.

Comme nous considérions que les soins qui lui ont été prodigués, la surveillance et la sécurité de l'unité de psychiatrie présentaient des lacunes, et que le rapport initial déposé par le coroner ne détaillait pas suffisamment les circonstances de son décès, nous avons porté plainte auprès de diverses instances.

Ces démarches ont abouti à une enquête publique, au cours de laquelle nous avons dû replonger dans de douloureux souvenirs, témoigner, interroger des témoins et faire face à des avocats beaucoup plus à l'aise que nous dans une telle situation.

Enfin, presque trois ans après les événements, la publication du rapport d'enquête vient clore un long processus visant à faire la lumière sur le décès de Ginette.

Les conclusions du coroner Malouin nous permettent de croire que nos efforts et notre persévérance n'ont pas été vains, que nos questionnements et insatisfactions étaient légitimes.

En effet, l'ensemble de nos démarches nous ont non seulement permis de mieux comprendre ce qui s'est passé en nous donnant accès à des informations qui autrement ne nous auraient jamais été divulguées, mais elles ont aussi abouti à une reconnaissance des lacunes du département de psychiatrie, telles que mentionnées dans le rapport d'enquête, et à des recommandations pour améliorer la sécurité des patients.

Nous espérons de tout notre coeur que ce rapport permettra d'apporter des changements bénéfiques dans les unités de psychiatrie. Les patients hospitalisés sur ces unités méritent des soins de qualité, empathiques, adaptés et professionnels, un encadrement adéquat et des lieux sécuritaires.

De plus, à la suite de ces douloureux événements que nous avons vécus, nous disons aux proches de personnes atteintes de problèmes de santé mentale: informez-vous, entraidez-vous et plaignez-vous au besoin. Il existe des organisations dont le mandat est de vous accompagner, de vous écouter et de vous informer.

Dans notre cas, nous n'avons su qu'après le décès de Ginette que de telles ressources existaient. Aussi, cette épreuve aurait été insurmontable si nous ne nous étions pas entraidées, et nous remercions notre famille, notre entourage et nos amis qui nous ont soutenues et écoutées.

Par ailleurs, nous vous recommandons de noter les faits et les paroles du personnel et des intervenants, et de ne pas hésiter à demander des explications supplémentaires si nécessaires.

Finalement, si vous remarquez que des faits graves sont survenus et que les intervenants ne semblent pas les prendre au sérieux, plaignez-vous!

Le résultat de nos plaintes et le rapport de l'enquête publique n'effaceront jamais la peine d'avoir perdu Ginette, mais nous pouvons tout de même nous consoler que nos actions ont permis et permettront d'améliorer les soins de santé mentale et la sécurité des patients en Mauricie et peut-être même éventuellement dans l'ensemble du Québec.

En tout, la commissaire aux plaintes, le médecin examinateur et le coroner responsable de l'enquête publique ont émis plus de vingt recommandations visant le personnel infirmier et les intervenants en psychiatrie au CHAUR, le Département de psychiatrie, la Direction Jeunesse Famille Santé mentale du CIUSSS-MCQ, le CIUSSS-MCQ et le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Aux établissements de santé et aux intervenants en santé mentale: les proches aussi ont la santé de la personne malade à coeur, aidez-les à s'impliquer. Et nous ne sommes pas les seuls à le dire. Comme le déplorait Pierre Magloire dans La Presse le 20 juin 2015, «en matière de santé mentale, la famille est trop souvent écartée par les autorités médicales, alors qu'elle pourrait pourtant apporter des informations importantes».

La maladie mentale demeure un tabou dans notre société: le patient n'est pas enclin à parler de son état de santé à ses proches, qui demeurent isolés avec leurs interrogations, leurs inquiétudes et leur détresse.

Communiquez avec les familles, dans le respect de la confidentialité du dossier médical, afin qu'elles soient au courant de l'état de la situation et qu'elles comprennent bien leurs rôles et responsabilités. Et, de grâce, faites-le avec empathie, courtoisie et simplicité, en évitant les termes uniquement compréhensibles dans le domaine psychiatrique.

D'ailleurs, nous saluons la mesure 1.4 du Plan d'action en santé mentale 2015-2020 du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui souligne l'importance de «reconnaître, favoriser et soutenir l'implication des membres de l'entourage», et nous souhaitons son application prochaine dans le réseau de la santé.

En terminant, nous ne pourrions pas assez remercier le Centre de prévention suicide les Deux Rives et le Centre de prévention suicide de Québec, qui nous ont aidées à passer au travers de ce deuil difficile.

Et surtout, n'hésitez pas à appeler au 1 866 APPELLE si vous avez des idées suicidaires, ou si l'un de vos proches est décédé par suicide.

Élyse Granger,

fille de Ginette, Québec

Évelyne Granger,

fille de Ginette, Québec

Émilie Granger,

fille de Ginette, Québec

Nicole Poisson,

soeur de Ginette, Trois-Rivières

Catherine Côté,

nièce de Ginette, Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer