Le djihad: stratégie de l'intégrisme

Les attentats meurtriers périodiques viennent nous rappeler que... (AP)

Agrandir

Les attentats meurtriers périodiques viennent nous rappeler que nul n'est à l'abri du terrorisme.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Les attentats meurtriers périodiques viennent nous rappeler que nul n'est à l'abri du terrorisme.

Américains, Canadiens et Européens cherchent des solutions. Or, le monde a changé depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les pays faibles ne peuvent soutenir et rivaliser avec les puissantes armées occidentales. D'où les techniques de guérilla. On pose des bombes artisanales près des casernes, dans les trains, dans les métros, dans les aéroports... On utilise les véhicules comme bolides pour tuer. Ou encore on pénètre dans des lieux publics en arrosant les gens de projectiles.

Ce qui est frappant dans ces tueries de masse, c'est qu'elles sont commises par des citoyens dûment acceptés par leur pays d'accueil, voire nés dans ce pays. Que peut faire une armée conventionnelle devant cette tactique?

Il n'y a pas de solution pour mater une guérilla entraînée, convaincue, fanatisée. Mais pourquoi ces tueries?

Il faut comprendre qu'on ne change pas facilement la mentalité d'un ressortissant tunisien, irakien, palestinien, afghan... vivant en France, en Belgique, en Allemagne, aux États-Unis. Il garde un certain atavisme et reste tout de même attaché à sa religion et à son pays d'origine. Il souffre de voir son pays conquis ou désorganisé.

Pour des musulmans, les non-musulmans (étrangers) sont des «infidèles» impurs qui souillent leur «saint pays». Souffre-t-il des problèmes causés par le chômage endémique avec son cortège de pauvreté, voire de misère?

De voir des jeunes et des moins jeunes «aliénés», errant dans les rues, sans but, sans instruction et sans avenir! Conséquences, entre autres, des interventions américaines en Irak, en Afghanistan, en Syrie et du blocus économique d'Israël envers le peuple de la Palestine. Il comprend tout cela surtout que ses parents ont sûrement passé par là, si ce n'est lui-même.

Plusieurs de ces désabusés sont vite récupérés pour être formés, radicalisés en somme par l'islamisation. Le dernier refuge devant le désespoir, c'est la religion utilisée pour fin de «lavage de cerveau». Une religion qui exalte le martyr par le djihad! D'après le Coran, tout bon musulman doit combattre pour sa foi, voire attaquer ceux qui ne l'ont pas.

D'ailleurs, l'ordre de participer au djihad et la récompense qui en résulte se répètent dans le Coran. Il y a près de 150 versets sur le sujet.

Par ailleurs, personne ne peut contrer l'argent des Saoudiens qui financent des écoles coraniques et des mosquées où des intégristes, appuyés par des sites internet, prêchent le djihad, recrutent de futurs combattants, leur offrant l'occasion de combler par le djihad le vide de leur existence.

Et voilà une horde de jeunes ou moins jeunes endoctrinés, qui ont probablement vu des leurs mourir sous les bombes aveugles des drones, prêts à devenir des kamikazes pour défendre la cause de l'Islam!

Avec en prime tous les honneurs dus à un martyr! Pour un désespéré, la mort est plus glorieuse que la vie puisque celle-ci n'a pas de valeur.

Nul doute que la montée du radicalisme découle du désordre créé depuis l'intervention américaine sous Bush en Irak.

Roger Greiss

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer