Les élus de la MRC de Maskinongé manquent à leur devoir

La liste des participants aux prochaines audiences de l'Office national de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La liste des participants aux prochaines audiences de l'Office national de l'énergie (ONÉ) sur le projet de pipeline Énergie Est étant maintenant publique - et finale -, le Comité vigilance hydrocarbures des municipalités de la MRC de Maskinongé (CVHMMM) dénonce fermement l'absence de la MRC de Maskinongé à cet important forum.

Des 22 MRC ou communautés métropolitaines directement touchées par le tracé projeté par TransCanada, 18 feront des représentations auprès de l'instance fédérale, laquelle se veut l'ultime juge du bien-fondé du projet de mégapipeline qui traverserait le territoire québécois. Notre MRC brille par son absence.

À force de pression, le CVHMMM a réussi à obtenir des élus de la MRC la rédaction d'un mémoire, in extremis, pour son dépôt au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) au printemps dernier. Bien que l'on puisse avoir de sérieuses réserves sur les timides recommandations contenues dans ledit mémoire, il n'en demeure pas moins que le portrait du territoire et des dangers auxquels celui-ci et sa population seraient exposés, si le projet devait se réaliser, y sont clairement démontrés.

S'il était judicieux de présenter un mémoire au BAPE, une instance consultative, il était impératif de revendiquer un droit de parole à l'ONÉ, l'instance décisionnelle. Après avoir fait état, dans leur mémoire, des risques que le projet fait courir à l'intégrité de son territoire et à la sécurité de sa population, des nombreuses lacunes identifiées dans le projet et du peu de retombées réelles pour leurs commettants, le mutisme de nos élus est un grave manquement à leur devoir. 

Comment les élus peuvent-ils justifier leur silence?

Dès le début, les élus de la MRC, son préfet en tête, ont mal mesuré l'ampleur du projet qui est à leur porte. Campés dans une étrange position de neutralité, ils n'entendent pas les citoyens qui leur font part de leurs inquiétudes. 

Et au lieu d'agir, ils ont réagi, souvent mal. Depuis plus d'un an, les citoyens talonnent les élus de la MRC pour faire valoir les risques et impacts réels que nombre d'études ont identifiés sur le territoire québécois et pour revendiquer la réalisation d'une étude indépendante propre au territoire de Maskinongé. Les élus se sont réfugiés obstinément derrière l'argument que l'enjeu ne relève pas de leur juridiction. 

Soit. Cependant, la décision de l'ONÉ s'appuiera sur une vaste consultation à laquelle les entités municipales et régionales, comme les MRC, sont non seulement conviées, mais attendues. Pour la MRC de Maskinongé, c'est un rendez-vous manqué.

Il reste maintenant les audiences du BAPE (deuxième mouture), auxquelles le gouvernement Couillard devrait nous convier à l'automne. Même si la MRC ne peut réparer sa déplorable absence aux audiences de l'ONÉ, le CVHMMM invite néanmoins la MRC à travailler de façon constructive - pour sa population - et à soumettre son mémoire à son comité de développement durable, une instance qu'elle a elle-même créée et qui, bizarrement, n'a jamais été saisie du dossier. 

Celui-ci pourrait formuler des recommandations et une version «améliorée» du mémoire pourrait être présentée lors des prochaines audiences publiques. 

Le temps est peut-être venu pour nos élus d'être à l'écoute de leurs citoyens et de faire preuve d'un peu plus de rigueur dans le traitement du dossier.

Pierre Foisy,

Sébastien Houle

Serge Lévesque

membres du Comité vigilance hydrocarbures des municipalités de la MRC de Maskinongé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer