• Le Nouvelliste > 
  • Opinions 
  • Le maire reconnaît enfin que le mandat des élus est de représenter les citoyens 

Le maire reconnaît enfin que le mandat des élus est de représenter les citoyens

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque .... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque .

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Youppi! Le 4 juillet 2016, notre maire bien-aimé proclamait: «Le mandat des élus est de représenter les citoyens».

Mais tempérons notre allégresse, car reste à savoir quand il commencera à appliquer ce principe puisque, dans le même élan, le petit maire des peuples (i) refusait de tenir compte de 17 500 citoyens qui lui expriment clairement leur refus de se laisser imposer par lui un traitement médical de masse, alors qu'avec quatre millions d'habitants, Montréal considère représentative une pétition de 15 000 signataires! Il considère plus valable un sondage-bidon auprès de 900 Trifluviens avec un taux de réponse de 40 %, sans poser la question manquante pour ou contre la fluoration. Ses bottines et ses babines sont fourchues: ce que le petit caporal (ii) veut dire, c'est qu'il ne représente que les personnes pensant comme lui.

Un nommé Parenteau écrivait récemment que les opposants sont anti-Lévesque plutôt qu'anti-fluor. Qu'il se rassure, ce n'est pas contre ce grand démocrate qu'on en a, mais contre la sottise érigée en mode de gouvernance. Ce n'est quand même pas la faute des citoyens si le firmament de la cité (iii) fait pleuvoir les sottises.

Sottises! Comme avoir refusé, aux dernières élections municipales, d'ajouter la question manquante, ce qui aurait réglé le litige à peu de frais avec un échantillonnage populationnel représentatif; comme avoir justifié l'an dernier son refus d'une consultation populaire par des coûts faramineux de 500 000 $ pour un référendum (ailleurs, une telle consultation n'a coûté que 5000 $); comme refuser une consultation à coût zéro par une question lors des élections de 2017. Des crachats dégoulinants au visage des citoyens! La cité, c'est moi (iv), se dit ti-Yves!, et ses béni-oui-oui de service s'à-plat-ventrissent devant ce déni de démocratie.

Sottises! Comme radoter qu'il a 1, 2, 3 médecins dans sa famille, comme si c'était d'intérêt public et que ça nous rassurait que ses médecins familiaux approuvent l'administration d'un médicament sans l'assentiment des patients. Comme évoquer la commission de 2013 sur la fluoration, sachant que cette commission ne fut qu'une campagne de promotion de la fluoration plutôt qu'une consultation publique. Comme se référer au système public de santé comme gage de connaissance infaillible, lequel a quand même permis le DDT, la thalidomide, le scandale du sang contaminé, le gouffre de la vaccination H1N1 et la dernière génération d'anovulants qui rend des femmes archi-malades et en a même tuées.

Sottises! Comme envoyer promener les citoyens au MSSSQ en sachant que depuis trois ans le ministère les envoie promener à la Ville, et prétendre nous représenter par cette démarche cynique et méprisante! Comme demander au gouvernement de renseigner davantage la population pour augmenter l'acceptabilité sociale, comme si l'argent déjà gaspillé ne suffisait pas pour admettre que la population est mieux informée que lui-même et n'en veut pas de sa fluoration. D'un point de vue citoyen, l'objectif ne doit pas être de favoriser l'acceptabilité sociale à tout prix, mais de la vérifier et de prendre acte de la volonté citoyenne.

Si la démocratie consistait à voter une fois aux quatre ans et à se la fermer entre-temps comme le préconisent notre caudillo (v) de pacotille et ses clones serviles, les femmes n'auraient jamais obtenu le droit de vote, ni l'accès à la contraception et à l'avortement, les gais n'auraient jamais eu droit au mariage et les travailleurs celui de se syndiquer. C'est l'implication citoyenne qui fait la démocratie, pas l'aveuglement volontaire et le déni d'un petit timonier (vi) qui se complaît à macérer dans son ignorance et à dénigrer les citoyens informés qui s'impliquent dans la chose publique.

Les citoyens en ont marre d'être ignorés et méprisés par ceux et celles qui prétendent les représenter! Ce dossier de la fluoration est le commencement de la fin: rendez-vous en 2017!

(i) Le petit père des peuples, Staline.

(ii) Le petit caporal, Napoléon.

(iii) Firmament de l'humanité, Ceausescu.

(iv) L'État, c'est moi, Louis XIV.

(v) El Caudillo, Franco.

(vi) Le Grand Timonier, Mao.

Robert Duchesne

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer