Les travers de l'allocation canadienne aux enfants

L'auteure, Karen Vecchio, est députée conservatrice d'Elgin-Middlesex-London et... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteure, Karen Vecchio, est députée conservatrice d'Elgin-Middlesex-London et porte-parole de l'opposition officielle sur la famille, l'enfance et le développement social.

Le 20 juillet, des familles, partout au Canada, recevront leur premier chèque de l'allocation canadienne aux enfants. Alors que certaines familles vont recevoir une aide supérieure à ce qu'elles touchaient par le passé, d'autres recevront moins et, ce qui est peut-être le point le plus préoccupant, les familles qui comptent sur cette aide seront consternées d'apprendre qu'elles ne sont peut-être pas admissibles au niveau de soutien auquel elles croyaient avoir droit.

C'est parce que l'Allocation canadienne aux enfants (ACE), contrairement à la Prestation universelle pour la garde d'enfants, qui offrait un soutien stable à toutes les familles, est fondée sur le revenu gagné l'année précédente. Les Canadiens qui ont été mis à pied au cours des six derniers mois ou dont les heures de travail ont été réduites ne seront pas admissibles au montant maximal cette année, même si leur famille lutte pour joindre les deux bouts.

Comme l'a écrit le Toronto Sun le 30 juin, «le déséquilibre entre le revenu et la toute nouvelle allocation canadienne aux enfants est l'une des pires lacunes du plan».

Depuis huit mois, la «solution» du gouvernement libéral à tous les enjeux économiques du Canada est la «toute nouvelle allocation canadienne aux enfants».

Les Canadiens qui cherchent du travail, les familles qui ont de la difficulté à payer pour la garde ou les activités parascolaires de leurs enfants, et les parents qui tentent d'épargner pour l'avenir de leurs enfants attendent l'aide du gouvernement.

La triste réalité est que beaucoup trop de familles ne recevront pas le soutien financier dont elles ont besoin au moment le plus crucial. Des études de Statistique Canada indiquent que pas moins de 2,4 millions de familles vont voir le revenu familial baisser de 10 % cette année comparativement à l'année dernière. Malheureusement, le plan du gouvernement libéral ne tient pas compte de cette réalité.

Les Conservateurs croient qu'il faut soutenir les familles canadiennes qui travaillent fort et assurer qu'elles gardent une plus grande part de leur argent durement gagné afin de le dépenser pour leurs priorités. C'est pourquoi nous avons augmenté et élargi la Prestation universelle pour la garde d'enfants, créé le fractionnement du revenu des familles, augmenté la déduction pour frais de garde d'enfants, doublé le Crédit d'impôt pour la condition physique des enfants et créé le Crédit d'impôt pour les activités artistiques des enfants. Malheureusement, le gouvernement libéral a annulé toutes ces mesures.

Les familles canadiennes méritent mieux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer