Baptiste Prud'homme et les Fred Pellerin de la Mauricie

Baptiste Prud'homme.... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Baptiste Prud'homme.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Fred Pellerin, un fin conteur dont ses histoires et son imagination s'avèrent sans frontière. Écouter du Fred Pellerin, c'est se propulser pour ainsi dire dans un autre univers, fertile par l'imaginaire.

Sur le site Internet du luthier Daniel Vigneault, Fred Pellerin y va d'un témoignage de satisfaction fidèle à son image: «Mal de do? Douleur au manche? Grincement de cordes? Docteur Vigneault redonne à votre guitare ses envies de jouer!..». Bien qu'on pourrait penser qu'en Mauricie, il existe un seul Fred Pellerin, détrompez-vous! En avril dernier, Baptiste Prud'homme dans un restaurant des plus sympathiques de Sainte-Flore, le Zélé, m'a littéralement envoûté (pour être plus précis, ce petit village est maintenant regroupé dans le grand Shawinigan). Cet endroit, un décor chaleureux, d'une toute simplicité, digne de Fred Pellerin mais idéal et empreint d'une âme tout comme Baptiste Prud'homme et ses acolytes. M'installant au comptoir pour y souper avant le spectacle, je demande candidement s'ils connaissent le groupe pour me faire répondre poliment et petit sourire en coin que ce sont eux les musiciens... Se retrouver pour ainsi dire à la table d'honneur!

Comme disait Obélix: «Quand l'appétit va, tout va», un merveilleux tartare au Zélé et rien de tel avant de se propulser dans ce merveilleux monde de l'imaginaire de Baptiste Prud'homme. Je me sentais au Zélé comme jadis Chez Léon, à Bruxelles, en Belgique, à y déguster une fois de plus des frites particulières avec de la mayonnaise maison! La pianiste de Baptiste Prud'homme, Caroline Clément, me mentionne lors du souper suite à mes multiples questions (curiosité scientifique d'ingénieur oblige...) qu'elle possède une formation classique en musique. Sur cet aspect, il ne s'agit pas d'un imaginaire mais d'une réalité par un talent indéniable.

Une des pièces musicales intitulée Petite Fée représente dignement la Mauricie: «Larguez les amarres, Nous hisserons les voiles à la place des feuilles, Pour que ces bois soient transformés en une forêt de mâts». Le CD de Baptiste Prud'homme intitulé Chanson de Papier et basé sur des livres de la Mauricie en chansons et en histoires, trouve depuis cette soirée une place de choix à Sainte-Flore, au lac Mondor, en Mauricie, «sous les plus beaux arbres du monde», comme le chantait si bien Félix Leclerc.

Je profite également de l'occasion pour souhaiter à Mme Ginette Gagnon, éditorialiste du Nouvelliste une merveilleuse retraite, celle qui a publié durant de nombreuses années, plus de vingt ans, mes articles dans la tribune des lecteurs. Vous comprendrez le retard puisqu'avant que la nouvelle de sa retraite se rende à

Sainte-Flore, elle a été interceptée à Saint-Élie-de-Caxton où la notion du temps n'existe plus!  Baptiste Prud'homme et les Fred Pellerin de la Mauricie, on ne peut rester insensible à un tel talent même pour un ingénieur cartésien, ses idées, ses pensées, que de l'électricité et de la chimie! Finalement, j'ai une confidence à faire... J'ai honte de la manière avec laquelle certains de mes confrères ingénieurs se sont comportés. Par instant, je préférerais me promener avec un sac brun sur ma tête pour ne pas me faire reconnaître comme ingénieur. Soyez assuré cependant que ces voyous, ils ne représentent pas la majorité des membres de notre profession!

André Laperrière

Secteur Sainte-Flore, Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer