Antifluor ou anti-Lévesque?

Yves Lévesque... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Lévesque

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lors de la dernière rencontre du conseil municipal, nous avons assisté à une reprise d'assemblées houleuses ponctuées de huées et applaudissements hostiles qu'on avait espéré disparues du comportement civique des opposants. Une première vague d'opposition à la décision du conseil de procéder à la fluoration de l'eau potable avait présenté le fluor comme produit nocif, voire comme un poison mortel. Cette nouvelle vague lui reconnaît un certain effet bénéfique, le qualifiant de remède, un remède que ces opposants ne veulent pas être obligés de consommer.

Alors qu'au Québec, moins de 3 % de la population a accès à l'eau fluorée, c'est 72 % pour les Américains, 76 % pour les Ontariens, 75 % en Alberta, 73 % au Manitoba. Des études ont démontré que chaque dollar investi dans la fluoration de l'eau a des réductions de 38 $ à 60 $, voire 100 $ des dépenses reliées aux soins dentaires. La fluoration de l'eau comme méthode préventive contre la carie dentaire reçoit l'appui de plus de 90 organismes nationaux et internationaux dont les associations médicales et dentaires canadiennes et américaines, les associations pédiatriques canadiennes et américaines, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la Fédération dentaire internationale, Santé Canada et l'Organisation mondiale de la santé. Les CDC considèrent la fluoration comme l'une des dix plus importantes mesures de santé publique du 20e siècle avec la vaccination de masse, la pasteurisation du lait, etc.

À la concentration recommandée, aucune donnée scientifique n'associe la fluoration à un problème de santé particulier. Associer la fluoration de l'eau à des problèmes de santé n'est foncièrement qu'une tactique alarmiste.

L'éditorialiste du Nouvelliste, Martin Francoeur, souligne très bien dans son éditorial du 5 juillet dernier, la vérité de ce faux débat: l'élection de novembre 2017. Opposition à l'Amphithéâtre, opposition à la fluoration, opposition à tout projet mis de l'avant par M. Lévesque ou appuyé par ce dernier, tel est le vrai débat. Fluor, bon ou mauvais pour la santé? Peu important. Tout ce qui compte aux yeux des opposants, c'est l'opposition.

Robert Parenteau

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer