Carrefour des lecteurs

Non, c'est non! (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Non, c'est non!

Après avoir assisté à la séance du conseil d'hier soir, je constate que le conseil tout entier se lave les mains en ce qui à trait à l'opinion des citoyens (17 500 signatures à ce jour) affirmant ne pas vouloir de fluorure dans leur eau.

Les citoyens se sont déplacés en grand nombre, hier soir, afin de trouver une oreille attentive. Mais en lieu et place, un maire affichant un air narquois qui ne répond pas aux questions pourtant bien claires et des conseillers impassibles. Youhou! On est là et on vous a élus afin que vous bougiez, que vous vous manifestiez en fonction des intérêts de ceux et celles dont vous êtes les porte-parole et surtout, en ce qui concerne un dossier aussi important que celui de refuser clairement l'ajout de poison dans notre eau.

De plus, aux États-Unis, des recherches ont permis d'apprendre qu'il est extrêmement périlleux pour les femmes enceintes de boire de l'eau fluorée.

Pour ma part, je reste sur ma position de refuser catégoriquement l'ajout de ce poison dans mon verre, mon bain, mes plantes, le plat du chat, etc. Non, c'est NON!

Qu'est-ce que vous ne comprenez pas dans cette affirmation?

Carole Langevin

Trois-Rivières

Une expérience extraordinaire au FestiVoix

Mon expérience au FestiVoix m'a vraiment comblée et je crois que ce fut la même chose pour les quelque 65 choristes qui ont bien voulu participer à cette activité estivale dans le majestueux hangar no 1, sur le bord du fleuve.

Depuis que je suis dans le Choeur Chanteclair, pour moi c'est le plus satisfaisant de tous les concerts donnés jusqu'à maintenant.

Vraiment, j'étais dans l'euphorie, c'est le mot... Ce fut un réel bonheur de chanter et de voir l'enthousiasme des quelque 800 auditeurs et auditrices. Mais n'oublions pas que c'est Liette, notre directrice, qui fait toute la différence. Elle est extraordinaire!

On aurait beau savoir nos pièces, c'est elle qui apporte la finition, le vernis. Il faut aussi souligner le travail de nos chefs de pupitre sans lesquels les choristes moins chevronnées se sentiraient un peu désorientés.

J'aimerais remercier cordialement toutes les personnes impliquées dans cet événement grandiose de notre belle ville de Trois-Rivières, le FestiVoix.

Louise Diamond Lemyre

Yamachiche

La technologie a aussi ses inconvénients

Il y a de ça quelques années, quand nous étions en panne de courant, nous pouvions utiliser notre téléphone si jamais, ou, au cas où!

Aujourd'hui, avec la puissance de la technologie d'Internet, il n'y a presque plus de possibilité de communiquer avec le téléphone lorsqu'on manque de courant à la maison.

Où est la logique?!

Comment faire pour savoir pourquoi une panne a lieu d'être, via Hydro-Québec, malgré le fait qu'on ne peut même pas téléphoner en panne de courant?

Comment eux peuvent-ils nous informer? Même sans voir de camion à l'extérieur, il est possible que ça aiguille notre questionnement sur la nature de cette panne.

Où s'en va-t-on avec ça? Parce que tout le monde possède un cellulaire, qu'il faudrait s'en procurer un aussi juste pour les urgences? Un forfait pour les urgences!

Il y a quelques jours, nous avons manqué de courant pendant au moins 30 minutes. Et surtout, sans être au courant de rien du tout.

Sans camion dans la rue... juste une panne louche. Quand j'ai voulu téléphoner à Hydro-Québec, j'avais oublié que je ne pouvais pas téléphoner pendant une panne de courant.

N'oubliez pas que l'hiver, perdre le courant ne peut pas être si fatal qu'en été, avec la crème glacée dans le congélateur... qui fond... ça en dit long sur la question!

Luce Desmarais

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer