On partage la route...

Cyclistes, s'il vous plaît, roulez en file...... (La Presse)

Agrandir

Cyclistes, s'il vous plaît, roulez en file...

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Samedi, le 18 juin vers 11 h 30, à la jonction de la route 351 vers Saint-Mathieu-du-Parc et la rue Principale en direction du parc national de la Mauricie, là où est situé un commerce de restauration offrant un large stationnement, la voie de gauche est totalement envahie par d'étranges animaux préhistoriques. Je constate avec stupeur qu'il s'agit d'un troupeau de «vélodanletors» (ou «vélos dans le tort») qui broutent l'asphalte.

Les bêtes empiètent sur toute la largeur de la chaussée jusqu'à la ligne jaune centrale. Par prudence, j'immobilise alors mon véhicule; j'abaisse ma vitre et d'un ton froid mais respectueux, j'interpelle les «vélodanletors» en leur mentionnant qu'il est imprudent et même très dangereux de jaser en pareil endroit. Je les invite alors à «PARTAGER LA ROUTE!».

Les folles bêtes paniquent, se cabrent, protestent et m'insultent tout en me criant de circuler! Pendant ce temps, un automobiliste venant en sens inverse est dans l'obligation de freiner brusquement derrière le troupeau qui ne semble pas réaliser l'ampleur du danger.

À ce moment, un membre du groupe m'informe gentiment qu'il est le «chef de file» et que tous ont compris le message. Mais... aucun d'eux ne bouge afin de permettre au conducteur piégé derrière eux de les contourner et circuler librement et légalement sur sa voie.

Une «gentille» cycliste, pseudo athlète bien enroulée dans son «costume de Saran Wrap» qui m'a présenté bien haut son majeur lorsque j'ai quitté le lieu de l'incident, aurait intérêt à agrandir son casque trop serré lui aussi afin de laisser circuler davantage les neurones. Mon «cheval» est bien plus pesant que sa «pouliche»!

Fort heureusement, cette dame insouciante représente une faible minorité de cyclistes frustrés qui réclament à eux seuls la totalité de la route.

Depuis ce printemps, je circule quotidiennement sur ces routes très étroites, sinueuses et très rapides; jamais je n'ai été confronté à pareille situation.

En général, je ne peux que féliciter, pour leur conduite sécuritaire, ces centaines de cyclistes que je croise.

Il m'est arrivé à quelques rares occasions de doubler des duos roulant en parallèle; ces athlètes voyaient sans doute que la voie en sens inverse était libre et que je pouvais alors dévier ma course à gauche en toute sécurité tant pour eux-mêmes que moi-même et les autres venant à notre rencontre.

Le «partage de la route» ne signifie pas: une voie pour les cyclistes et l'autre pour les automobilistes! N'oubliez pas qu'en cas de collision mes 150 chevaux vapeur pourraient piétiner mortellement le cavalier en selle sur son frêle poulain de carbone! La témérité et l'imprudence ne pardonnent pas sur ces routes!

Cyclistes, s'il vous plaît, roulez en file... Cela vaut mieux que faire la file derrière votre corbillard!

Jean Paquette

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer