Un manque de respect flagrant

Carrefour des lecteurs... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Carrefour des lecteurs

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Après la lecture de la lettre signée par M. Fernand Bédard dans Le Nouvelliste du lundi 20 juin, j'étais d'une telle tristesse envers cet homme que je ne connais pas, mais qui méritait mieux que d'être balancé de la façon dont il l'a été.

De nos jours, la priorité mondiale est l'argent, le côté humain, on s'en fout. On n'a qu'à regarder notre propre pays, le Canada, le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, ce grand intellectuel qui est très à l'aise de vendre des armes à l'Arabie saoudite, en autant qu'ils s'en servent bien...

Que fait-il pour défendre les droits humains et aider la famille de Sherbrooke dont le mari et le père, Raïf Badawi, est captif depuis quatre ans? Il s'en remet à un troisième pays pour défendre la cause. Il n'est pas Canadien, dit-il. La politique et l'économie l'ont perverti. J'avais jadis de l'admiration pour cet homme.

Pour revenir à M. Bédard, il dit que ce n'est qu'une constatation personnelle pour sa génération de se rendre compte qu'il a été l'objet de manque de respect. Autres temps, autres moeurs.

Il n'est pas le seul à réfléchir sur le genre de société dans laquelle on vit. C'est l'égocentrisme, l'égoïsme le plus total. Les mots respect, bienséance, courtoisie, délicatesse, considération, altruisme, bonnes manières n'ont plus aucune signification.

Est-ce qu'on entend encore dire «s'il vous plaît» ou «merci», si peu que lorsqu'il m'est arrivé qu'un jeune homme m'ait ouvert une porte récemment, je l'ai remercié et lui ai dit que ses parents l'avaient bien élevé et il était tout souriant. Par contre, à l'épicerie, une jeune caissière dans la vingtaine m'a demandé «As-TU trouvé tout ce qu'il TE fallait?» et je lui ai répondu: «Oui, je VOUS remercie».

Du snobisme diront certains ou «une autre époque» diront d'autres, mais je fais une différence entre le tutoiement et le vouvoiement.

On a déjà entendu dire qu'il faut que «jeunesse se passe et que vieillesse se tasse». Le constat est présent.

Jocelyne Bruneau

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer