Quelle impolitesse à l'égard de Monsieur Fernand Bédard!

Le stade Fernand-Bédard, nommé ainsi en 2001, changera... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le stade Fernand-Bédard, nommé ainsi en 2001, changera d'appellation avec l'arrivée d'un commanditaire majeur.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

C'est avec surprise que j'ai appris par l'entremise du Nouvelliste que le stade de baseball de Trois-Rivières changera de nom et que le nom de Fernand Bédard sera abandonné.

Même si ce dernier accepte pour l'amour du baseball que son nom soit retiré de cet équipement municipal, et que son nom soit remplacé par un commanditaire payant pour suivre la tendance, il demeure que c'est quand même ordinaire de déshonorer une personne de cette façon en lui apprenant par téléphone, une décision qui le concerne personnellement. Une p'tite rencontre cordiale face à face aurait très bien fait l'affaire. Il y a le fond et la forme.

Monsieur Bédard a mentionné en entrevue, à Radio-Canada Mauricie, que le maire Lévesque l'avait convoqué l'an dernier pour commencer à discuter d'un projet de commandite. «Le nom du bâtiment demeurera toujours Fernand-Bédard, avait-il soutenu au Nouvelliste en 2015.» Ce qui n'est pas le cas présentement. Félicitations Monsieur Lévesque!

On peut comprendre qu'un commanditaire désire associer son nom à des événements publics pour augmenter sa clientèle par la publicité et que son nom y soit apposé tout en apportant à cet événement une contribution financière pour en assurer la pérennité.

Les arguments financiers, même s'ils sont réalistes, doivent tenir compte que sans le travail acharné que Monsieur Bédard a déployé pour maintenir notre vieux stade dans une forme splendide - à l'image de Monsieur Bédard lui-même -, le stade de baseball de Trois-Rivières n'aurait pas l'attrait qu'il a aujourd'hui.

Sans l'implication passée de Monsieur Bédard, je me demande sérieusement dans quel état serait cette vénérable bâtisse. Y aurait-il même un commanditaire intéressé à y apposer son nom? Les commanditaires en feront-ils autant pour maintenir notre stade dans sa condition actuelle ou meilleure? Il semble que ce soit l'argument même du changement de nom. On verra.

Je ne suis pas un fan de baseball, ni un usager du stade Fernand-Bédard. Je tiens tout de même à rendre hommage à Monsieur Bédard, ce sympathique monsieur, qui a appris par téléphone que son nom ne serait plus associé au stade trifluvien.

C'est quand même étonnant qu'un homme d'une telle diplomatie soit victime d'un tel impair de la part du président des Aigles de Trois-Rivières. Il demeure que ça donne un goût amer à l'intéressé, ce que Monsieur Bédard a lui-même exprimé.

Si j'étais Marc-André Bergeron, c'est une pleine page du journal Le Nouvelliste que je réserverais pour rendre hommage à cet homme qui a si longtemps oeuvré pour promouvoir le baseball à Trois-Rivières et pour reconnaître son implication à ce sport. C'est pas cher payé pour réparer cet impair... StéréoPlus serait-il preneur? C'est son nom qui y apparaîtra désormais.

À l'ère où les gens croient communiquer, il me semble indiqué de préciser que l'art de communiquer ce n'est pas juste répandre de l'information. Quand je fréquentais l'école primaire, on n'y enseignait pas la communication. On y enseignait la bienséance; une forme de comportements polis dans nos relations avec notre entourage.

Prendre le temps et la forme pour communiquer une nouvelle personnelle à une personne fait partie des apprentissages de la bienséance. Surtout à une personne qui a été si étroitement liée à une cause. À moins que ce soit ça la communication publique? Monsieur Bergeron, prenez-en bonne note.

Les Trifluviens se souviendront plus longtemps du nom de Fernand Bédard que de tous les présidents des Aigles confondus. Et son nom résonnera encore longtemps dans les couloirs et dans les gradins du stade Fernand-Bédard de Trois-Rivières.

Monsieur Bédard, je vous fais mes salutations amicales.

Jacques Aubry

Trois-Rivières

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer