Apprenons à vivre dans le présent

En réaction à la lettre de René Rocheleau intitulée «Arrêt-stop» publiée... (Archives Le Droit)

Agrandir

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réaction à la lettre de René Rocheleau intitulée «Arrêt-stop» publiée dans notre édition du lundi 13 juin.

En lisant la lettre de René Rocheleau, je n'ai pas pu passer sans commenter ce qui semble être une rancune de sa part. Franchement, s'il faut retourner en 1901, 1911 et 1916 pour nous donner des exemples de comment les anglais ont traité les français, il me semble que ceux qui vivaient à cette époque ne sont plus avec nous, surtout ceux qui avaient l'âge de s'enfarger dans les fleurs du tapis.

Aujourd'hui vous allez trouver que le français vit dans les autres provinces, et non merci aux francophones du Québec. Ils ont su préserver leur langue et leur culture dans une mer d'anglophones - pas toujours facile, mais ils l'ont fait et continuent à le faire. Un peu différent au Québec où on fait tout pour rendre difficile, voire impossible, l'accès aux écoles anglophones. Pourtant, tout dernièrement, on a appris que les anglais ont beaucoup plus de succès que les francophones en matière d'éducation. Peut-être que nos dirigeants sont plus intéressés à voir un arrêt au lieu d'un stop, ou sur la dimension de la langue affichée.

Si vous êtes le grand voyageur canadien que vous dites être, vous savez sûrement que la province de l'Île-du-Prince-Édouard a fait bâtir une école pour leurs citoyens de la langue de Molière. Et à l'autre bout du pays, en Colombie-Britannique, il y a des communautés francophones avec leur propre école. La même chose se répète dans bien d'autres provinces.

Si vous voulez reculer dans l'histoire, les Anglais ont été omniprésents dans le monde au point où aujourd'hui l'anglais est souvent la langue seconde du pays. Un voyage dans les trois pays scandinaves mais aussi en Allemagne ou en Alsace nous a démontré qu'il est facile de se débrouiller en anglais dans ces pays, les gens se font un plaisir de nous servir en anglais.

Protégeons notre langue et notre culture, oui, mais de grâce apprenons à vivre dans le présent.

Donald Smith

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer