Shawinigan: le Serruresgate!

Ce qui n'aurait dû être qu'un hilarant vaudeville est en passe de constituer un... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Ce qui n'aurait dû être qu'un hilarant vaudeville est en passe de constituer un véritable déni de démocratie. La caricature de Jean Isabelle dans l'édition du 9 juin résume et commente à souhait la situation: notre bon maire Angers brandit un imposant jeu de clefs donnant accès selon son bon vouloir à ce qu'on imagine être les nombreux services de la Ville, dont cette salle Lupien du secteur Lac-à-la-Tortue où les citoyens ordinaires n'ont pas eu accès récemment pour la tenue d'une réunion apparemment «non autorisable».

Cette affaire loufoque s'ajoute à d'autres excès de pouvoir et risque de plomber sérieusement la prochaine campagne de réélection du maire.

En démocratie, il est bien établi que les actions diverses qui visent à retenir, étouffer ou contrôler l'information sont parmi celles qui provoquent et déclenchent à moyen terme la chute de leurs auteurs.

À Shawinigan, y aurait-il un ou des potentats qui contrôlent, filtrent, autorisent ou retiennent l'information que le petit peuple selon eux ne peut pas évaluer à sa juste mesure...? Qui a intérêt à ce que l'information ne circule pas trop? Le fallacieux prétexte que l'utilisation des infrastructures de la Ville ne doit pas servir à autre chose qu'à promouvoir les intérêts des Shawiniganais est en réalité un tour de passe-passe pour limiter la réflexion citoyenne et la diriger dans un sens déjà convenu selon des intérêts douteux et pour le moins partiaux.

La situation financière très difficile de la Ville, le taux de taxes excessif qu'on nous impose pour supporter la mégalomanie de nos élus, la prodigalité tapageuse avec laquelle notre vénéré conseil saupoudre ça et là les subventions à même nos taxes, l'apparente situation énergique et le réel état dramatique de l'emploi à Shawinigan, tout concourt à ce que des chantiers aussi onéreux tels l'assainissement des eaux soient justement évalués, selon tous les aspects des nouvelles technologies, et cela, le plus judicieusement possible, quel que soit le niveau d'expertise des sociétés participantes interrogées à ce jour.

Comment peut-on valser sur des millions de dollars avec une telle légèreté? Manifestement, notre conseil n'a rien des caractères d'un grand démocrate: il en a ni la stature, ni l'intelligence et surtout pas la modestie.

Cachez ce sein... ou l'affaire des serrures. Hum... Du moins peut-on en rire sans l'avis des élus! Même s'il traite d'égoûts, notre Serruresgate en vaut bien d'autres plus célèbres.

Claude Parenteau

Village de Saint-Jean-des-Piles

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer