La saga de l'UQTR

Alain Fournier... (Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Alain Fournier

Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans l'édition du 9 juin du Nouvelliste, on nous relate encore une fois des détails concernant la cause de M. Alain Fournier qui semblait pourtant réglée (hors de tout doute), ceci confirmé officiellement et publiquement par le recteur de l'UQTR en date du 21 avril comme étant un règlement final, dûment signé par les hauts dirigeants de l'UQTR et autorisé par le juge Lyne Thériault. Et tout à coup, surprise, le C.A. de l'UQTR a renié sa signature.

Surprise mais pas tant que ça, car si je me réfère aux évènements de l'ex-rectrice (entre autres), qui a pourtant été sanctionnée et qui circule encore entre les murs de cette institution et qui est grassement rémunérée, c'est du pareil au même.

Où est l'intégrité dans toute cette histoire? Il ne faut surtout pas oublier que la demande de cette entente (UQTR et M. Fournier) a été faite par l'UQTR et a été acceptée par M. Fournier.

Pourquoi encore engendrer des frais faramineux? Que retenir de ceci? Nous vous enseignons (à l'UQTR en particulier) que peu importe si on signe un contrat, il n'y a aucun problème si on change d'idée, car une signature ça ne vaut rien. Est-ce ce qu'on enseigne à cette supposée brillante institution?

Pourquoi le C.A. a-t-il viré son capot de bord, pourquoi a-t-il pris le droit de le faire? A t-il le droit de défaire une entente comme celle-ci ?

J'espérais que le nouveau recteur mettrait de l'ordre dans tout ceci et je croyais qu'il y était parvenu lors de la lecture de l'entente signée (21 avril) mais POUF....... ce n'est plus le cas. Il faut espérer que tous les membres de ce conseil d'administration sauront un jour retrouver la mémoire de ce que vaut normalement une signature.

Dans mon livre à moi, quand je mets ma signature sur un document, c'est important de la respecter. En tout cas, c'est ce qu'on m'a appris dans mon jeune temps et c'est toujours important pour moi et je l'ai aussi enseigné à mes enfants.

Également, je me pose la question: que vaudra un diplôme à l'UQTR si les dirigeants qui le signent n'honorent même pas leur propre signature? PAS GRAND-CHOSE!

En conclusion, je dirais à M. Alain Fournier: «Ne lâchez pas!» Il y a trop peu de gens intègres et incorruptibles comme vous dans notre société.

Et surtout continuez votre combat pour la vérité comme M. Claude Robinson qui a mené une lutte féroce et qui a fini par gagner. Bon courage à vous M. Fournier: la région est vraiment fière de vous et vous supporte.

Et j'ajouterais ceci aux membres du C.A. de l'UQTR: je prie pour eux afin qu'ils retrouvent un peu leur esprit, leur intégrité et leur honneur, en espérant qu'un miracle arrivera.

Ginette Héroux

Trois-Rivières

P.-S.: Félicitations à messieurs René Paul Fournier, Yves Gabias, Normand Shaffer et Rémi Tremblay pour leur lettre d'opinion et d'appui à messieurs Fournier et Gélinas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer