Couillard, un premier ministre déconnecté...

Depuis son élection, le parti de Philippe Couillard... (Le Soleil)

Agrandir

Depuis son élection, le parti de Philippe Couillard cumule les gaffes, les erreurs, les déformations de la vérité, les revirements à 180°, ceci sans compter le jeu de la chaise musicale de ses ministres.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je ne puis comprendre, que dans les sondages récents, les libéraux du Québec puissent conserver un appui auprès de la population.

Le parti de M. Couillard cumule, depuis son élection, les gaffes, les erreurs, les déformations de la vérité, les revirements à 180°, ceci sans compter le jeu de la chaise musicale de ses ministres.

Seulement en éducation, en à peine deux ans de pouvoir, on se retrouve avec le troisième ministre et toujours, de plus en plus de problèmes.

Que se passe-t-il au PLQ? Est-on en droit de se poser des questions sur la capacité du premier ministre de diriger la province?

Ses nombreuses erreurs dans le choix des ministres, sa stratégie pour ne pas répondre aux questions, ces dénis de la vérité, me font penser à une personne qui vit en dehors de la réalité.

Il semble qu'une formation en médecine ne soit pas la voie idéale pour atterrir en politique. Par contre, dans le cas d'un médecin, je me serais attendu à plus de compassion et d'écoute auprès des citoyens qu'il représente.

Il est vrai cependant qu'il avait choisi d'aller pratiquer sa médecine dans un pays telle l'Arabie Saoudite, là où on sait ce qu'ils font des droits humains.

Regardons seulement ce qui vient d'arriver avec le rapport sorti sur Sam Hamad. L'auteur du rapport précise bien qu'il n'est pas en mesure de condamner ou d'exonérer de tout blâme M. Hamad. Elle précise que ce sera le travail au niveau de l'éthique.

Comment se fait-il alors que M. Couillard affirme que maintenant son ancien ministre est blanc comme neige et que personne n'avait à le condamner? Étant donné que M. Couillard est le seul à se permettre un tel jugement sur la situation, on est en droit de se demander s'il a vraiment les capacités d'évaluer les situations.

Je suis surpris aussi de voir que des ministres incompétents dans leur ministère ont été transférés comme ministres dans d'autres ministères. Par contre, le ministre Poëti, qui a osé soulever des interrogations sur les attributions de contrats de son ministère, s'est vite fait déloger, et ce, sans être affecté à un autre ministère. Cherchez l'erreur!

Je suis très inquiet pour les deux dernières années du mandat de ce gouvernement. Il a déjà fait assez de dommages tant dans notre système de santé, en éducation, dans nos CPE, que l'on ne peut plus se permettre de lui faire confiance.

Regardons seulement la situation dans notre système de santé, malgré tous les bouleversements apportés par Barrette, rien n'a changé et la situation semble même avoir empiré.

Et que dire des réinvestissements qu'ils ont dû faire dans les CPE, à la suite de leurs coupes, alors qu'on apprend récemment que ces derniers peuvent être utilisés pour se débarrasser de personnel, plutôt que pour améliorer les services.

Surtout cette dernière année, ce gouvernement a cumulé gaffes, erreurs, déformations de la vérité et patinage pour se sortir de situations embarrassantes.

Pouvons-nous encore nous permettre de supporter une telle gouvernance, digne d'une comédie loufoque? Je pense que maintenant il est grand temps que le peuple réagisse et s'exprime, après tout ne sommes-nous pas dans une démocratie?

Ce gouvernement peut se vanter d'avoir atteint le déficit zéro... mais à quel prix? N'importe qui aurait pu réussir un tel exploit en faisant fi de l'éducation de nos enfants, des soins de nos malades, du soutien apporté à nos aînés, des services nécessaires dans nos garderies, et ce, sans compter les coupes dans les maisons de thérapie.

Il est facile d'éliminer tout déficit en coupant les dépenses partout, tout en se fichant des impacts sur les citoyens. Le truc c'est de couper seulement parmi les plus vulnérables, les moins bien nantis, car ils sont moins équipés pour se défendre. Alors!... Qu'attendons-nous pour réagir?

Thierry Évrard

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer