Carrefour des lecteurs

Personne n'a le monopole de l'humain (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Personne n'a le monopole de l'humain

En réaction à la lettre de Ghyslain Parent intitulée «La mort du projet de loi 59», publiée dans notre édition du 3 juin.

Pour faire suite à la lettre ouverte du professeur Ghyslain Parent publiée dans Le Nouvelliste du 3 juin, je viens par la présente rappeler que le vingtième siècle nous a appris qu'aucune doctrine n'est, par elle-même, nécessairement libératrice et que toutes les idéologies peuvent déraper, toutes peuvent être perverties, toutes ont du sang sur les mains, y compris celles qui prônent la laïcité. Autrement dit, personne n'a le monopole du fanatisme et personne n'a, à l'inverse, le monopole de l'humain.

De sorte que, si l'on souhaite, à l'instar du savant professeur de l'UQTR, poser sur ces questions à la fois profondes et délicates un regard neuf et utile, il faut avoir, à chaque étape de l'investigation, ce que Amin Maalouf (qui s'y connaît) appelle «le scrupule de l'équité», et reconnaître humblement que les idoles ne sont pas les croyances des autres; ce sont toutes les croyances, les nôtres y compris, lorsqu'elles sont figées, fétichisées, soustraites au processus infini de la recherche du sens, un sens qui englobe et non escamote la mort en adoptant des dispositions juridiques qui assurent une prédominance de fait de la légalité sur la justice!

Concluons donc sommairement: ni hostilité, ni complaisance, ni surtout l'antipathique condescendance qui semble devenue pour certains éducateurs, au Québec et ailleurs, une seconde nature.

En espérant que nos députés du Québec sauront faire la part des choses.

André Désilets

Trois-Rivières

Éclairez-moi quelqu'un...

Je suis médusé par notre «bon» gouvernement Trudeau. Il veut que nos jeunes cessent ou ne commencent pas à fumer et pour cela il veut rendre les paquets de cigarettes moins attrayants pour nos jeunes... Mais en même temps, il veut légaliser la marijuana. C'est qui l'idiot? Éclairez-moi quelqu'un.

Denis Hamel

Shawinigan

Pourquoi sacrer?

Vous n'avez pas la foi? C'est là un droit que personne ne peut vous contester. Vous n'avez jamais pratiqué la religion ou vous avez cessé de le faire? Encore là, il s'agit de choix personnels.

Vous pensez que le catholicisme n'est qu'un recueil de fables inventées par nos ancêtres? Alors pourquoi, lorsque vous êtes fâchés, vous en prenez-vous au baptême, à l'hostie, au ciboire, au tabernacle, au Calvaire et même au Christ, alors qu'il ne vous viendrait pas à l'idée d'évoquer le petit chaperon rouge ou le petit Poucet? Est-ce dans le but de blesser les oreilles et l'âme de ceux qui, comme moi, sont toujours catholiques et pratiquants?

Si tel n'est pas le cas, pourquoi ne vous choisissez-vous pas chacun un patois qui vous soit personnel? Dans le téléroman Les Belles Histoires des Pays d'en haut, chaque personnage se distinguait par une façon personnelle d'indiquer son mécontentement: bouleau noir!, chocolat!, viande à chien!, etc.

Pourquoi ne pas faire comme eux et affirmer ainsi votre personnalité?

Florence L.-Lacroix

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer