Sexisme et discrimination jusqu'au bout des orteils

Julia Roberts a monté pieds nus les marches du Palais... (PHOTO YVES HERMAN, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Julia Roberts a monté pieds nus les marches du Palais des festivals.

PHOTO YVES HERMAN, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Au Festival de Cannes, en mai 2015, les femmes chaussées de talons plats ont été «éconduites» d'une projection qui avait lieu dans le Grand Théâtre Lumière du Palais des Festivals.

Pourtant le délégué général, Thierry Frémaux, lorsqu'interrogé, souligne qu'il n'y a point de règlement qui exige le port de talons hauts.

Cette année au Festival de Cannes, l'actrice Julia Roberts a marché pieds nus sur le tapis rouge. Je salue sa façon de faire un pied de nez à des conventions de soumissions et qui torturent les pieds des femmes; mais il est à souhaiter de voir des femmes en vêtements chics et de gala (tapis rouge ou non) porter de belles chaussures confortables, et ce, sans talons hauts!

Dans plusieurs postes, les dirigeants «ordonnent» aux femmes de porter des talons hauts au travail et je ne parle pas ici de poste de danseuses.

En Grande-Bretagne, engagée comme réceptionniste Nicola Thorp, une jeune femme de 27 ans, s'est fait licencier par la compagnie PriceWaterhouseCoopers, car elle refusait de porter des talons hauts obligatoires de 5 à 10 centimètres 9 heures par jour.

Il y a quelques années en Chine, on bandait très serré les pieds des petites filles, dès leur très jeune âge, afin que leurs pieds restent petits! La raison en était de correspondre aux critères de beauté!

La libération de la femme reste «foutaise» si leurs pieds continuent d'être pris en otage! Si une femme aime et veut porter des talons hauts et se faire croire qu'elle est très bien, etc. Je l'invite à se demander tout au font de son coeur: «Pourquoi?».

Les femmes à la télévision portent toutes des talons hauts! Dans les magazines, dans les vitrines, on fait croire aux filles que les talons hauts et de plus en plus haut ne sont que des instruments pour accentuer leur beauté et leur grâce!

Pour mieux s'approprier l'imaginaire des petites filles, on a même étriqué l'image des souliers de vair de Cendrillon (...)! Petit clin d'oeil lexicographique: Vair ou verre: Fourrure grise et blanche de l'écureuil petit-gris, au dos gris et au ventre blanc, et qui était réservée aux rois, aux hauts dignitaires pendant le Moyen Âge.

Tout est si pernicieux depuis les apprentissages de l'enfance, que même des femmes brillantes de beauté et d'intelligence se croient (ou sont) obligées de porter ces pairs de petits martyrs aux pieds, pour que l'on apprécie leur féminité et leur beauté! Ou tout simplement pour être acceptée dans un monde encore bien misogyne.

La romancière américaine Sue Grafton disait: «Si les talons hauts étaient si merveilleux, les hommes en porteraient».

Louise Gélinas Martel

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer