Outrée de l'inaction du gouvernement

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre adressée au ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, ainsi qu'aux députés de la Mauricie et au maire de la Ville de Shawinigan, Michel Angers.

J'aimerais vous signaler mon inquiétude face à l'arrêt de la cueillette hebdomadaire des déchets le 2 juin prochain, annoncé par la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie. En effet, j'ai bien peur que les gens, face à leur surplus de déchets, en disposent de manière irresponsable, soit en les brûlant ou en les jetant près ou dans les boisés. Cela aurait très certainement des répercussions néfastes sur l'environnement. Je pense en particulier aux centres de la petite enfance et aux garderies en milieu familial, qui devront trouver un moyen pour se débarrasser des couches souillées de centaines d'enfants; aux propriétaires d'animaux qui devront disposer de leurs excréments et tous les autres citoyens pour qui il est hors de question de garder leurs déchets dans leur cour pour des question de santé, d'hygiène et de salubrité, par peur de la vermine ou par simple esthétisme.

Étant moi-même dans un processus de réduction de mes déchets domestiques, je suis outrée de voir l'inaction du gouvernement face à la crise de la Régie des matières résiduelles de la Mauricie. Je demande donc au gouvernement d'émettre le permis demandé par la Régie, afin que les citoyens de la Mauricie puissent continuer de bénéficier de la collecte hebdomadaire de déchets. Et, par la suite, de se pencher sur l'élaboration d'une solution efficace et durable en matière de gestion des déchets en Mauricie et pourquoi pas à la grandeur du Québec? Il y a de beaux exemples à suivre; je pense entre autres à la ville de San Francisco, aux États-Unis, qui s'est donné l'objectif d'ici à 2020, de zéro déchet non recyclé ou composté, évitant ainsi d'utiliser des décharges ou des incinérateurs.

Je vous remercie à l'avance pour l'attention que vous porterez à cette demande et j'espère sincèrement qu'elle portera fruit.

Frédérique Basque

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer