PQ: prenons le temps d'écouter les candidats

Alexandre Cloutier et Véronique Hivon sur le plateau de... (PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L'ÉMISSION)

Agrandir

Alexandre Cloutier et Véronique Hivon sur le plateau de Déjà dimanche

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L'ÉMISSION

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

J'ai bien aimé l'opinion de Paul-André Deschesnes sur la politique spectacle dans Le Nouvelliste de mardi. Contrairement à lui cependant, je ne crois pas que le Parti québécois se cherche un messie tel qu'il le décrit.

Sa description est la parfaite image du «Mini PET» que le bon peuple, comme il le dit, a élu à Ottawa et qui, la semaine dernière, a montré sa vraie personnalité et qu'il était le digne fils de son père.

Quel spectacle désolant!

Mais n'oublions pas qu'il était professeur d'art dramatique avant de servir de porte étendard du Parti libéral pour défaire les conservateurs et devenir en un rien de temps le Très honorable premier ministre du Canada, au service de la reine.

Mais c'est pas grave, le petit s'est excusé et cette semaine, il est parti se refaire une image et faire des courbettes aux grands de la scène internationale tout en continuant de remplir son album de selfies, autour de la planète.

Cet épisode a aussi permis à l'ineffable et pathétique Thomas Mulcair de refaire son numéro de l'insulté et déchirer encore une fois sa chemise sur la place publique en se servant même de la députée Brosseau.

Ça, c'est vraiment de la politique spectacle dont sont passés maîtres ici au Québec, messieurs Couillard et Barrette: de vrais bons acteurs qui n'acceptent ni les critiques ni les conseils, pourtant judicieux, des oppositions.

Le PQ est un parti d'idées qui accepte la différence de pensée et qui a un grand respect de la démocratie. Je me pose toujours la même question: pourquoi, quand il s'agit du PQ on est si exigeant et que les chefs doivent avoir toutes les qualités alors que pour les autres partis, l'intégrité n'est même pas une exigence minimale?

Les déclarations farfelues du père des commandites, Jean Chrétien, la semaine dernière, démontre encore une fois la hargne de cet homme pour la démocratie et ceux qui ne pensent pas comme lui.

Écoutons ce que les candidats, tous très sérieux je crois, ont à proposer et qui discuteront des vraies affaires. Je suis sûr que le chef qui en sortira vainqueur aura une équipe qui pourra diriger cette province dans les meilleurs intérêts de tous ses citoyens et non de ceux de l'establishment et des multinationales qui jouissent de privilèges vraiment exceptionnels, toujours au détriment de la classe ouvrière et des régions qui sont de plus en plus ignorées.

Gaston Bouffard

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer