Lettre ouverte d'un historien à l'humoriste Dieudonné

Dieudonné... (PHOTO LOIC VENANCE, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Dieudonné

PHOTO LOIC VENANCE, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Monsieur, vous avez été reconnu coupable à maintes reprises d'antisémitisme et de propagande haineuse pour vous être moqué du sionisme et du pouvoir israélien, puis pour avoir mis en doute l'histoire légalement incontestable de la Shoah, le tout sous couvert d'humour et de liberté d'expression.

Vous avez même poussé l'impertinence jusqu'à dire que des Juifs auraient fait ceci ou cela de mal dans le passé, alors que les historiens accrédités montrent qu'ils en ont toujours été les victimes en oeuvrant pour le bien. Très logiquement, vous êtes un criminel aux yeux des dirigeants de la France et de la plupart des pays pour qui le sionisme et le peuple juif sont deux piliers importants de la paix, de la démocratie et de la justice répandus si libéralement sur le monde.

À ce titre, le Canada est exemplaire et vous étiez mal venu de prétendre y apporter une voix discordante. Qui êtes-vous pour contester ces piliers, alors que même des tyrans comme Nicolas II de Russie, Hitler, Khadafi et Hussein ont été brisés au prix de la décimation de leurs peuples?

La providence a aussi frappé bien des dirigeants qui leur ont refusé préséance, notamment votre grand président de Gaulle, qui a dû capituler et se retirer sur ses terres. Au contraire, les dirigeants actuels de la France ont utilisé tous les moyens judiciaires pour vous inciter à la raison et ils exigeront bientôt votre enfermement carcéral ou psychiatrique. Il ne vous restera que votre Cameroun ancestral pour prendre la fuite, ou l'asile politique en Russie, en Iran ou en Corée du Nord.

Songez à l'avenir de votre femme et de vos enfants, déjà menacés à quelques reprises et à vos dossiers, judiciaire et autres qui les suivront sur quelques générations. Reniez donc votre dissidence hérétique et faites les pénitences qui vous seront imposées. Ainsi, vous pourrez retourner à une vie civile, certes anonyme et appauvrie, mais qui vous procurera enfin une paix et une sécurité relatives.

Je vous souhaite malgré tout, à vous et votre famille, cette paix que vous déclarez rechercher, ainsi que la sérénité.

Richard Boulé

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer