Financé par le privé, vraiment?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Bravo! Enfin un investisseur qui financera à 100 % le coût de son projet par le privé. La société G3R assumera l'entièreté des coûts reliés au futur Centre d'événements et de congrès interactifs, selon ce qui a été annoncé mardi.

Très belle présentation par les promoteurs et par le maire. Si bien qu'on les croirait porter des lunettes roses. On veut compétitioner avec Drummondville et Victoriaville c'est bien, mais, avec quels résultats?

Dans une famille à faibles revenus, lorsqu'arrive un nouveau membre, on ne multiplie pas la tarte, on la divise. Il n'y aura pas plus de congrès parce qu'il y a un nouvel hôtel à Trois-Rivières.

Par ailleurs, si l'on ne perçoit pas de taxes pendant vingt ans, c'est le petit contribuable qui paiera la note. Comme chez Intact Assurances, avec les deux accidents pardonnés «gratis», ce sont les bons conducteurs qui paient la note. Pourquoi investir dans une entreprise qui ne paiera pas ses taxes?

De plus, le maire nous passe en douce les frais d'exploitation de 148 000 $ par mois, ce n'est pas beaucoup, mais pendant vingt ans, c'est une participation de 35 640 000 $. Qui plus est, le congé de taxes pendant vingt ans, sur un immeuble coûtant 48 millions $, cela représente une somme 14,4 millions $, au taux payé par le contribuable moyen.

En fin de compte, une participation des petits contribuables à la hauteur de 49,4 millions $, ce n'est pas ce que moi je comprends d'un projet «financé à 100 % par le privé».

Nous serions en droit de penser que tous ces beaux projets sont situés au centre-ville; les autres villes fusionnées, elles, sont bien loin dans la pensée du maire.

Gaétan Yelle

secteur Cap-de-la-Madeleine

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer