Un petit coup de pouce pour COMSEP

S'il est peut-être utopique de réussir à changer... (Stéphane Lessard)

Agrandir

S'il est peut-être utopique de réussir à changer le monde, il est par contre tout à fait possible de changer une vie. C'est là, toute la richesse d'un organisme communautaire comme COMSEP (avec Sylvie Tardif à sa tête): des «changeurs» de vie.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Mon premier véritable contact avec l'organisme communautaire en alphabétisation et éducation populaire COMSEP date de plusieurs années. J'avais alors assisté à une activité dans le cadre du Festival international de poésie de Trois-Rivières.

Lors de ce dîner tout particulier, des poètes professionnels côtoyaient des poètes amateurs dans une activité de lecture de leurs oeuvres respectives. Vous l'aurez deviné, les poètes amateurs étaient des participants aux activités d'alphabétisation de COMSEP.  

Je me souviens avoir été extrêmement touché par ces personnes qui, feuille de papier en main contenant leurs propres mots chargés d'émotion et de vécu, avaient le courage de se lever, de se rendre au micro et de prendre la parole devant un public. Ces personnes qui, est-il nécessaire de le rappeler, ne savaient ni lire ni écrire quelques mois ou années auparavant. Il s'agissait de tout un exploit. Cette activité s'est perpétuée au fil des ans et aujourd'hui encore, je prends toujours le même plaisir à y être présent et à m'émerveiller des exploits de ces poètes amateurs. 

Ce premier dîner de poésie m'avait inspiré la réflexion suivante: s'il est peut-être utopique de réussir à changer le monde, il est par contre tout à fait possible de changer une vie. C'est là, selon moi, toute la richesse d'un organisme communautaire comme COMSEP: des «changeurs» de vie. 

C'est la raison pour laquelle, au moment de ma retraite, j'ai décidé de m'impliquer au sein de cet organisme. Je vous l'assure, c'est le meilleur moyen de faire tomber un après l'autre les différents préjugés qui sont régulièrement véhiculés concernant les personnes en situation de pauvreté. Cela m'a aussi permis de voir tous les moyens déployés par l'organisme pour améliorer les conditions de vie de ces personnes. 

Toute cette introduction pour dire que, au cours des dernières années, COMSEP (comme les autres organismes communautaires) a été directement touché par différentes mesures d'austérité (ou de reprise de contrôle des finances publiques dépendant des points de vue). L'organisme a donc besoin d'un petit coup de pouce.   

C'est pourquoi COMSEP tiendra quelques activités de financement au cours des prochains jours. Ainsi, mercredi le 25 mai, un dîner-spaghetti bénéfice est organisé au coût de 25 $. De plus, vendredi le 27 mai, de nombreux bénévoles seront présents à différents coins de rues névralgiques de la ville pour recueillir les dons des automobilistes et des passants.  

Je vous invite tous à participer généreusement à ces activités. De cette façon, vous contribuerez vous aussi à changer des vies.  

Denis Grenier

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer