• Le Nouvelliste > 
  • Opinions 
  • Le maintien du poste de commissaire à la santé et au bien-être est essentiel 

Le maintien du poste de commissaire à la santé et au bien-être est essentiel

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette... (Archives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Archives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'abolition du poste de commissaire à la santé et au bien-être a été annoncée dans le dernier budget. Ses activités seront confiées directement au ministère de la Santé et à l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS).

En abolissant ce poste, le ministre fait preuve d'un manque de transparence flagrant. Avec les nombreuses réformes qu'il impose, nous sommes d'avis qu'il est plus que jamais essentiel d'avoir un oeil extérieur qui peut surveiller les décisions du ministre Barrette. Il est nécessaire de dénoncer ce recul démocratique dangereux et sans précédent pour le milieu de la santé et des services sociaux.

Le mandat du commissaire est clair: il doit «apporter un éclairage pertinent au débat public et à la prise de décision gouvernementale dans le but de contribuer à l'amélioration de l'état de santé et de bien‑être des Québécoises et Québécois.»

Les analyses pertinentes du commissaire publiées jusqu'à maintenant, notamment sur la rémunération des médecins ou sur les services d'urgence, permettent de mettre en lumière les problèmes qui affectent quotidiennement le travail du personnel et qui ont des impacts sur les services offerts à la population.

Le commissaire travaillait présentement sur d'importants dossiers; si le poste de commissaire disparaît, que va-t-il advenir des chantiers en cours? Seront-ils relégués aux oubliettes? Le ministre Barrette souhaite clairement gérer toutes les décisions de son ministère et pour nous c'est inacceptable. Il doit faire marche arrière dans ce dossier.

Gens de la Mauricie, soyons vigilants et voyons où le ministre Barrette souhaite emmener la population: vers la privatisation de services, vers un démantèlement chaotique des services publics

où des employés de la santé à bout de souffle démontrent de la détresse psychologique liée au travail.

À l'instar de la FSQ-CSQ, de la F4S-CSQ et de l'ensemble des citoyennes et citoyens du Québec, vous êtes invités à signer une pétition en ligne, et ce, d'ici le 23 mai 2016 à l'adresse suivante: https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5947.

Le maintien du poste de Commissaire est essentiel au bien-être et à la santé puisque celui-ci agit comme conseiller pour la population et ceci de façon indépendante. 

Nous devons dire au gouvernement Couillard qu'encore une fois, il est loin de prendre une bonne décision.

Isabelle Jean, présidente intérimaire Syndicat de Domrémy MCQ-CSQ

Claude de Montigny, président, Fédération des syndicats de la santé et des services sociaux CSQ (F4S-CSQ)

Andrée Guillemette, présidente, Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes, infirmières auxiliaires du Coeur-du-Québec CSQ (SIIIACQ)

Claire Montour, présidente, Fédération de la Santé du Québec CSQ (FSQ-CSQ)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer