Oléoduc: la MRC ne peut rester neutre

La dernière assemblée du conseil de la MRC de Maskinongé aura, une fois de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La dernière assemblée du conseil de la MRC de Maskinongé aura, une fois de plus, retenu l'attention des médias.

La raison: le projet d'oléoduc Énergie Est qui continue de susciter l'inquiétude des citoyens et réussit le tour de force d'en motiver un grand nombre à se déplacer pour faire valoir cette inquiétude auprès de leurs élus; les assemblées de conseils de municipalités régionales de comté (MRC) sont des spectacles qui n'attirent en général pas les foules. Tant s'en faut!

Je suis de ceux qui, mois après mois, se déplacent pour manifester le sentiment d'impuissance et d'appréhension qui l'habite.

Le groupe que nous formons n'aura malheureusement rencontré à ce jour qu'une sourde oreille. Les élus, sûrement peu habitués à se produire devant public, se seront braqués d'entrée de jeu.

Ce ne sont pourtant pas les élus que le groupe désorganisé venait remettre en question, mais bien le méga pipeline qui menace l'intégrité de notre territoire.

Notre inquiétude rencontre toujours la même fin de non-recevoir, la même irritation dans le ton, pour toute forme de réponse. Ne nous contentant pas de plaider les risques que nous appréhendons, nous avons pourtant à maintes reprises offert mains tendues et solutions.

Mentionnons aussi que nous avons toujours été soucieux du décorum de l'assemblée. N'avons-nous jamais perturbé le cours des réunions? Au contraire, c'est plutôt sagement que nous avons toujours attendu la période de questions pour faire valoir nos préoccupations.

Malgré tout, le conseil et son préfet semblent nous considérer comme des empêcheurs de tourner en rond.

Le site web du ministère des Affaires municipales, qui traite du rôle du conseil municipal, décrit ainsi ce à quoi le citoyen devrait pourtant s'attendre, en citant un ouvrage publié sur le sujet: «...les conseillères ainsi que la mairesse doivent assumer un rôle politique que le Code municipal ne décrit pas. Ce rôle implique principalement d'être à l'écoute des citoyens et disponible pour écouter leurs revendications, leurs doléances, mais aussi leurs suggestions.»

Or, mois après mois, ce n'est ni plus ni moins à une porte close que les citoyens se heurtent à la MRC de Maskinongé.

Heureusement, les médias sont là pour faire contrepoids à la façon cavalière dont les citoyens sont reçus. Je tiens ici à souligner la qualité du travail de couverture et toute la place que le Nouvelliste donne à cet enjeu. Encore vendredi, l'éditorialiste Matin Francoeur déplorait le troublant silence qui règne à Trois-Rivières concernant le projet Énergie Est.

Dans le même éditorial, revenant sur la réunion du conseil de la MRC de Maskinongé, monsieur Francoeur reprochait par contre au groupe Vigilance hydrocarbures d'avoir hué un citoyen exprimant son appui au projet Énergie Est.

Ceux et celles qui ont assisté à ladite réunion pourront témoigner que l'intervenant en question ne s'est fait haranguer par la foule que lorsqu'il a mentionné, avec mauvaise foi, qu'«y'a pas mal juste des têtes blanches icitte et y sont pas toutes de la région [sic]».

Cette mise au point étant faite, la neutralité dont fait preuve notre quotidien régional dans la couverture du débat de société dont nous ne pouvons faire l'économie, est tout à fait exemplaire.

Et si une telle neutralité est tout à propos dans une couverture de presse, elle ne saurait être tolérée, pour paraphraser l'éditorialiste Francoeur, dans le cas des instances qui nous gouvernent.

Sébastien Houle

Saint-Élie-de-Caxton

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer