La vérité à fleur de peau

Je terminais ma dernière intervention dans le Carrefour des lecteurs du... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je terminais ma dernière intervention dans le Carrefour des lecteurs du Nouvelliste en exprimant ma déception de constater qu'après un an, nous n'ayons pas encore réussi à nous comprendre, dans la MRC de Maskinongé, sur l'oléoduc d'Énergie Est. On se donne des leçons et les répliques sont «plutôt cinglantes», comme la plus récente, celle de M. Michel Neveu de Louiseville dans l'édition du 12 mai du Nouvelliste.

Nous ne sommes pas des robots; nous sommes des humains avec des idées, des sentiments, de l'énergie et nous mettons nos atouts au service de nos convictions. Quand on nous fait passer, moi et mes collègues du conseil des maires de la MRC de Maskinongé, pour des vieillards séniles et rétrogrades, je n'aime pas ça. Quand on discrédite notre démarche dans un dossier, je réagis. Quand on essaie de nous convaincre que la vérité n'a qu'une facette, j'ai la vérité à fleur de peau!

La dernière réunion de la MRC est une preuve éloquente que la vérité peut avoir plusieurs facettes. Le même soir, on applaudit l'intervention de Mme Laurence Requilé de Saint-Paulin, opposée au passage de l'oléoduc, et on hue l'intervention de M. Jasmin Leblanc de Sainte-Ursule, favorable à cet ouvrage. On voit bien que les opinions divergent, que ceux qui s'expriment dans un contexte hostile ne manquent pas de courage et que les acteurs de conviction sont, eux aussi, à fleur de peau.

Le Comité de vigilance hydrocarbures de notre milieu a fait son nid; la MRC aussi. Les deux ont une position étoffée et ont adressé un mémoire au BAPE pour la faire valoir. Les autorités provinciales vont se positionner après avoir pesé les points de vue exprimés. Puis, une décision sera prise au fédéral, qui a juridiction dans le dossier. C'est le processus normal de prise de décision dans notre pays.

Bien que le dossier soit rendu à un autre niveau, chez nous, un groupe de pression continue de harceler des conseils élus pour qu'ils adhèrent à sa vérité et on brandit le doigt d'honneur si on n'obtient pas gain de cause. Je continue de trouver cela regrettable et je pense que le cirque a assez duré.

Serge Dubé

Saint-Paulin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer