La recherche de la vérité pour mieux servir la démocratie

Les décisions prises à la MRC de Maskinongé... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les décisions prises à la MRC de Maskinongé sont loin de faire l'unanimité, notamment en ce qui concerne le projet de TransCanada.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

J'ai parcouru avec intérêt deux lettres d'opinion parues dans les pages du Nouvelliste au cours des dernières semaines.

La première, intitulée «Une gérontocratie rétrograde», reproche aux maires de la MRC de Maskinongé de pas respecter les décisions adoptées par leur conseil municipal.

Selon l'auteur, Denis Frappier, conseiller municipal à Saint-Justin, cette façon d'agir s'avère purement et simplement un déni de démocratie municipale. La seconde, signée par le maire de Saint-Paulin, Serge Dubé, se veut une réplique, plutôt cinglante, aux affirmations du conseiller Frappier.

En gros, le maire lui fait grief de son manque de formation en matière de démocratie et profite de sa tribune pour lui donner une «petite leçon» à ce sujet!

Si M. Frappier a, selon M. Dubé, séché quelques rencontres quand il suivait le cours Démocratie et Société, je dois malheureusement conclure, à la lecture de sa lettre, que le maire de Saint-Paulin, lui, ne s'est même jamais inscrit audit cours!

Il reproche à son interlocuteur d'avoir signé sa lettre en tant que conseiller. Je ne comprends pas. C'est justement à ce titre qu'il a destiné sa lettre aux maires de la MRC de Maskinongé. Même en dehors du cadre formel, M. Frappier demeure un conseiller municipal. Ce n'est donc pas une prérogative, c'est la fonction pour laquelle il a été élu par les citoyens de Saint-Justin.

Le maire accuse ensuite le conseiller municipal de mépriser l'institution qu'est la MRC quand il a employé le terme «gérontocratie rétrograde».

Il est probablement le seul à ne pas avoir compris que ce dernier voulait critiquer la façon de faire des maires qui y siègent.

Quand M. Dubé prétend que le conseil des maires est «élu, autonome et souverain» et que les maires ne sont pas obligés des respecter les décisions de leur conseil municipal, il n'est vraiment pas loin de la définition que je me fais de l'oligarchie, soit une forme de gouvernement où le pouvoir est réservé à un petit groupe de personnes. Si c'est ainsi que ça se passe, on est loin de la démocratie!

D'ailleurs, en ce qui me concerne, les membres du conseil des maires de la MRC ne sont pas élus à cette instance supralocale; ils sont des élus municipaux qui sont désignés, conformément, à la Loi sur l'organisation territoriale municipale, notamment. Si mon interprétation est erronée au plan juridique, j'apprécierais qu'on m'en fasse la démonstration.

Puisqu'il décide d'aborder la question du projet Oléoduc Énergie est pour étayer sa thèse sur la notion de démocratie, j'apprécierais que M. Dubé m'explique comment ses collègues et lui en sont arrivés à voter ni pour, ni contre le passage d'un pipeline géant sur le territoire de la MRC de Maskinongé en disant prendre cette décision pour le bien de l'ensemble de la MRC.

Notre territoire serait-il le seul du Québec à ne pas être à risque? Pourtant à la lecture de l'étude menée par Polytechnique pour le gouvernement du Québec, tel ne serait pas le cas. On compterait cinq rivières qui présentent «des risques de glissement de terrain en raison de l'instabilité des berges».

Nos conseillers régionaux auraient-ils eu accès à de l'information laissant entendre que les chercheurs de Polytechnique ont erré au plan scientifique? Serait-ce la raison pour laquelle ils n'ont pas jugé bon de consulter la population à cet égard?

Quand le maire de Saint-Paulin affirme par ailleurs qu'en démocratie, «il y a normalement place pour la pluralité des points de vue», je serais d'accord s'il définit point de vue comme une opinion personnelle reposant sur des faits objectifs plutôt que sur le ressenti ou la position personnelle.

C'est, semble-t-il, par souci démocratique que le conseiller régional Dubé et ses collègues ont choisi la position qui faisait l'unanimité en ce qui concerne le projet de TransCanada.

Avec tout le respect que je leur dois, je suis d'avis qu'on ne peut pas vraiment parler de comportement démocratique quand on refuse de faire tous les efforts nécessaires pour trouver les réponses objectives concernant le projet Oléoduc Énergie Est.

Souhaitons, pour le bien de la population, que les représentants des municipalités à la MRC acceptent de poser ce geste noble et démocratique avant que «le pipeline ne soit passé»!

Michel Neveu

Louiseville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer