École Sainte-Marie: les coûts de l'incertitude

Le chandail «Unis pour notre école» est visible... (Paule Vermot-Desroches)

Agrandir

Le chandail «Unis pour notre école» est visible partout à l'école Sainte-Marie, et même dans la municipalité de Saint-Boniface.

Paule Vermot-Desroches

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La saga entourant l'agrandissement de l'école Sainte-Marie de Saint-Boniface est maintenant bien documentée. Un dynamique comité de mobilisation agit sur tous les fronts, la population locale est largement mobilisée, les principaux enjeux sont connus de tous, le dépôt d'une deuxième demande a été fait par la Commission scolaire de l'Énergie.

En attente de la réponse du ministre de l'Éducation, il flotte cependant au-dessus du village une incertitude qui paralyse de nombreux projets de vie.

Saint-Boniface attire les familles principalement pour trois raisons: la qualité de vie et les services de proximité, le taux de taxation relativement abordable et la présence d'une école primaire prospère avec une équipe de profs allumés et dynamiques.

Devant l'absence de décision et de plan à long terme pour assurer l'éducation de nos enfants dans notre milieu de vie, des familles hésitent désormais à s'établir à Saint-Boniface, le marché immobilier s'en trouve affecté.

La construction domiciliaire a ralenti malgré la disponibilité de nombreux terrains, les maisons se vendent moins bien, privant la municipalité de revenus fonciers.

Difficile de chiffrer ce montant, l'effet commence seulement à se faire ressentir.

Selon les données de la Chambre immobilière de la Mauricie pour le marché de Saint-Boniface, les ventes totales d'actifs immobiliers au premier trimestre de 2016 ont diminué de 40 % par rapport au premier trimestre de 2015, passant de 30 ventes à 18. La valeur totale de ces ventes a diminué de 43 %, passant de 1 731 000 $ à 983 900 $ pour la même période.

Le délai moyen de vente par ailleurs s'est allongé de 147 jours à 184 au cours de la même période de référence.

Voilà des données qui devraient faire réagir le conseil municipal, qui jusqu'à maintenant, joue un rôle très effacé dans la mobilisation pour l'agrandissement de l'école Sainte-Marie.

Luc Arseneault

Saint-Boniface

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer