L'argent coule de Trois-Rivières...

La Ville considère aujourd'hui que le terrain de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Ville considère aujourd'hui que le terrain de la Commission scolaire était vraiment un mauvais choix... après avoir tout récemment menacé cette dernière par un ultimatum d'accepter dans l'immédiat l'offre déposée!

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

On comprend bien que le fait que ça ne coûterait presque rien pour vivre à Trois-Rivières puisse favoriser la circulation de beaucoup d'argent disponible dans un ténébreux mouvement de va et vient monétaire (surtout «va» que «vient»...) entre notre Ville et des promoteurs à l'affût d'un profit vite rentré.

Car si l'eau chemine beaucoup autour de notre ville, l'argent n'est pas en reste, car il coule abondamment lui aussi...

Je pense par exemple aux millions qui seront affectés au «fameux» projet de Colisée, fruit d'une saga tragi-comique au début de laquelle on l'a d'abord vu au Complexe sportif Alphonse-Desjardins, pour le retrouver ensuite implanté sur le campus de l'UQTR, pour être transféré plus tard sur un terrain voisin de l'école secondaire Chavigny, appartenant à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, pour finalement aboutir sur le site du District 55.

Il aurait été si simple de le construire en lieu et place du Colisée actuel sur le terrain de l'Exposition, qui appartient déjà à la Ville de Trois-Rivières, et qui se trouve en plein coeur de notre agglomération. Mais non!

Et voilà où le bât me blesse particulièrement, c'est de revivre un autre échange de «grosse argent» entre des promoteurs gourmands et une Ville bienfaitrice.

Le Groupe qui développe le projet de District 55 aurait acquis de la Ville de Trois-Rivières un emplacement de quelque 1 700 000 pieds carrés au coût de 3,3 millions $, soit 2 $ du pied carré, selon Le Nouvelliste du 4 juin 2013.

Comment se fait-il maintenant que la Ville rachète pour construire son Colisée une portion de ce même terrain auprès du même groupe pour une somme de 3 millions $ au coût de 6 $ le pied carré!

Voilà un profit vite fait! Et du même souffle, la Ville considère aujourd'hui que le terrain de la Commission scolaire était vraiment un mauvais choix... après avoir tout récemment menacé cette dernière par un ultimatum d'accepter dans l'immédiat l'offre déposée!

Pour moi, il y a quelque chose qui cloche lourdement ici. Ce nouvel épisode me rappelle les 17 millions $ versés à Excavation René St-Pierre de Sherbrooke pour récupérer les terrains de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

Dans ce cas, notre généreuse cité s'est même engagée par contrat à réserver un emplacement privé pour le yacht de M. René St-Pierre lorsqu'elle investira pour construire la marina prévue et attenante à Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

Pour le Colisée, la Ville va-t-elle promettre en outre de réserver la glace du nouveau Colisée pour le patinage des enfants du Groupe Robin durant deux heures les dimanches matins?

Et je regrette que l'on ne puisse pas vraiment compter sur un conseil municipal asservi pour nous expliquer précisément et honnêtement le cheminement complet, avec chiffres à l'appui, de tout cet échange d'argent entre Trois-Rivières et le Groupe Robin.

Autrement, je croirai que nous nous sommes encore une fois fait passer un beau gros sapin... même si Noël semble déjà loin derrière nous.

Mais pourquoi se priver de profiter du sommeil indolent des bienheureux Trifluviens, occupés à profiter des terrasses du centre-ville?

Guy Godin

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer