Paroles, paroles...

Les membres de la Caisse Desjardins de Normanville... (Marie Noël, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les membres de la Caisse Desjardins de Normanville devront bientôt fréquenter la Caisse Les Boulevards.

Marie Noël, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Il doit certainement y avoir, parmi les lecteurs d'un certain âge du Nouvelliste, quelques personnes qui se souviennent d'une chanson de Dalida qui s'intitule Paroles, paroles.

Cette chanson m'est venue à l'esprit en apprenant par Le Nouvelliste que Desjardins fermerait le centre de services Normanville.

La présidente de la Caisse Desjardins des Trois-Rivières, Mme Suzanne Lemay, affirme que c'est une décision difficile, mais qui relève de la gestion saine et prudente de la coopérative». Cela ressemble au jargon politique. Qu'est-ce que cela veut dire au juste?

Je n'y comprends rien. Elle ajoute que pour l'ensemble des transactions au comptoir, «c'est moins de 1 % des membres qui utilisent exclusivement ce centre». On peut faire dire ce que l'on veut aux chiffres.

Comme l'enfer est pavé de bonnes intentions, le directeur général de la Caisse Desjardins des Trois-Rivières, David Bélanger, assure que «la Caisse offrira un accompagnement personnalisé pour les membres qui éprouvent des difficultés à se déplacer ou avec l'utilisation des nouvelles technologies».

Il rêve en couleurs! Il devra réserver des autobus et faire des voyages organisés avec plusieurs personnes qui ne fonctionnent qu'avec des cannes ou des marchettes.

Quant à l'idée d'enseigner l'utilisation des nouvelles technologies, il y en a parmi les membres qui n'utilisent jamais les guichets automatiques et qui ne possèdent même pas d'ordinateurs ou de téléphones intelligents. Paroles, paroles, paroles...

Par ailleurs, le vice-président régional Mauricie, Denis Marcoux, annonce un investissement de 400 000 $ sur le campus de l'UQTR, ce qui est bien pour les étudiants. Il ajoute que «c'est dans le contexte démographique actuel, une des priorités demeure d'être encore plus accueillant avec la clientèle jeunesse». Voilà! Le mot est lâché! Adieu les vieux, bienvenue aux jeunes.

Il n'a certainement pas consulté les données de Statistique Canada car il aurait appris que la population la plus vieillissante au Canada se trouve en Mauricie.

Sans être économiste, je peux analyser que c'est plus payant de faire affaire avec des étudiants qui s'endettent ou qui reçoivent de l'aide gouvernementale et qui sont obligés de dépenser pour leurs études que des retraités de longue date qui n'encaissent que leurs pensions de vieillesse, les rentes du Québec, et leurs petites économies. Le calcul n'est pas difficile à faire.

Puisque les membres de Normanville seront déportés à la Caisse Les Boulevards sans avoir été consultés, ils devront suivre le troupeau et s'ajouter aux autres membres sur place qui sont déjà nombreux. Ils devront patienter tout l'été afin que le stationnement soit adéquat. Évidemment, ils sont toujours libres de faire d'autres choix... ailleurs.

Je sympathise également avec les maires de Saint-Prosper et de Saint-Luc-de-Vincennes. Où la Caisse Desjardins veut-elle en venir exactement avec toutes ces fermetures?

Alphonse Desjardins doit se retourner dans sa tombe! Oublions la compassion pour les aînés, leur temps est fait. À la poubelle!

Jocelyne Bruneau

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer