Il était une fois dans l'Ouest

Nathalie Normandeau... (Archives La Presse)

Agrandir

Nathalie Normandeau

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Un jour, au 19e siècle, dans une petite ville fictive du Far West, un voleur s'introduisit dans la banque et y déroba toutes les économies des villageois.

Les citoyens, alertés et furieux accoururent pour épingler le voleur. Quelques heures plus tard, ils aperçurent un homme qui à leurs yeux avait l'air louche et, convaincus qu'il avait caché l'argent quelque part, l'ont rudement interrogé.

Insatisfaits de ses réponses, on dressa une potence et il fut pendu haut et court. Trois mois plus tard le shérif arrêta un homme ordinairement pauvre mais qui dépensait beaucoup d'argent depuis un certain temps. On lui fit un procès au cours duquel il avoua son crime et il fut lui aussi pendu haut et court. L'homme qui fut pendu en premier n'était donc pas coupable et on réalisa qu'il fut tué pour rien.

La présomption d'innocence existe pour éviter ce genre de situation. Si on avait appliqué ce principe hautement civilisé, cet homme innocent ne serait pas mort.

Je trouve épouvantable et indigne de gens civilisés vivant dans un État de droit le traitement qu'on a réservé à Sam Hamad et à Nathalie Normandeau. Pas parce que ce sont des libéraux; c'eut été des péquistes ou des caquistes que ce serait tout aussi épouvantable. Bien sûr, les médias devaient en parler, clairement et sobrement comme Le Nouvelliste l'a fait.

Or Sam Hamad est l'objet de trois enquêtes et il est possible qu'il soit blanchi. Nathalie Normandeau doit subir son procès et il est également possible qu'elle soit acquittée. Alors, pourquoi les pendre avant le procès sinon pour les ruiner? Voilà la justice de Radio-Canada mais surtout de TVA qui appartient à Pierre-Karl Péladeau et ça parait. Mais ça n'a pas d'importance pourvu qu'on fasse jouer la balade du pendu.

Quant aux partis d'opposition, je trouve qu'ils se sont conduits comme des pourceaux qui se vautrent dans leur auge et qui, comme Dracula, se nourrissent du sang de collègues éprouvés. Ne soyons pas trop naïfs. C'est un fait bien connu que les libéraux d'avant Couillard, les péquistes, les caquistes et les adéquistes de Mario Dumont utilisaient tous les mêmes méthodes de financement pour garnir leur caisse électorale. Ce n'est plus le cas aujourd'hui mais à l'époque où il était un ténor péquiste, François Legault s'occupait du financement du Parti québécois et il n'a certainement pas amassé des millions en passant le chapeau. Malgré cela, les partis d'opposition, faussement enragés, ont lâché leurs démagogues de service pour ériger une potence afin de masquer leur propre fourberie et se faire passer pour purs.

Donc, si Hamad et Normandeau ont fait quelque chose de pas correct, qu'ils en subissent les conséquences mais en attendant, il est injuste et non civilisé de les condamner à la peine capitale avant le procès.

Serge Gagnon

Louiseville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer