Sauvons nos fermes laitières familiales!

Le problème du lait diafiltré affecte les producteurs... (La Presse)

Agrandir

Le problème du lait diafiltré affecte les producteurs laitiers du pays depuis deux ans.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteure, Ruth Ellen Brosseau, est députée de Berthier-Maskinongé à la Chambre des communes et porte-parole du NPD en matière d'agriculture.

La semaine dernière, le Parlement a débattu d'une motion déposée par le NPD sur l'enjeu du lait diafiltré. Ce problème qui affecte tous les producteurs laitiers du pays perdure depuis maintenant deux ans.

Malgré les appels répétés des producteurs, les motions unanimes de l'Assemblée nationale du Québec et les multiples questions que nous avons posées à la période de questions, le gouvernement de Justin Trudeau refuse d'agir.

Pourtant, en campagne électorale, les libéraux s'étaient formellement engagés à régler ce problème qui, nous le savons, est lourd de conséquences pour nos régions rurales, notre économie locale et notre souveraineté alimentaire.

Le lait diafiltré est un concentré protéique laitier en provenance des États-Unis qui a été créé pour contourner les règles et les lois canadiennes.

En raison de la lenteur des gouvernements précédent et actuel, ce lait diafiltré, qui est sous une forme gélatineuse, est utilisé à la place du lait frais de nos producteurs.

En 2015, la quantité importée de ce produit a considérablement augmenté, ce qui a entraîné des pertes économiques de 200 millions $ pour les producteurs laitiers canadiens, soit en moyenne 15 000 $ par année pour chaque producteur.

Durant la dernière campagne électorale, les producteurs de lait canadiens ont demandé à chaque parti de s'engager à régler ce dossier dans les 100 premiers jours de leur mandat. Malgré leur promesse d'agir, six mois plus tard, les libéraux n'ont toujours pris aucune mesure dans ce dossier.

Pourtant, le gouvernement est au fait que la solution est simple et claire. Il suffit de demander à l'Agence canadienne d'inspection des aliments de faire respecter les normes compositionnelles du fromage. Même le ministre de l'Agriculture est d'accord. Je le cite: «Selon les normes compositionnelles du fromage, il n'a jamais été dans les intentions que le lait diafiltré soit utilisé au lieu du lait.»

Je commence à me demander si ce gouvernement préfère soutenir les producteurs américains au lieu des producteurs de chez nous.

En six mois, le bilan du gouvernement en matière d'agriculture n'est vraiment pas reluisant: aucune action sur l'enjeu du lait diafiltré; aucune nouvelle des sommes qui doivent être versées aux producteurs de lait pour compenser les impacts de l'accord économique avec l'Union européenne, bien que la ministre du Commerce international souhaite son entrée en vigueur dans moins d'un an; et remise en question des compensations promises par les conservateurs pour dédommager les producteurs qui subiront des pertes en raison du Partenariat transpacifique. L'industrie avait parlé de ces compensations comme d'un strict minimum.

Notre gouvernement fédéral doit soutenir l'industrie laitière et se tenir debout pour la gestion de l'offre. Nos fermes familiales en dépendent.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer