Jack, Tom et... Ruth Ellen?

Ruth Ellen Brosseau... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ruth Ellen Brosseau

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Elle a surpris tout le monde lors de son élection, en 2011. Elle a impressionné par le sérieux avec lequel elle a fait ses classes comme députée.

Elle est devenue une figure respectée et aimée dans sa circonscription et au sein de son parti. Elle est une des rares néodémocrates à avoir survécu à la vague libérale d'octobre dernier. Et maintenant, elle voudrait devenir chef du parti? C'est ce qu'on appelle ne pas avoir froid aux yeux.

Il faut reconnaître que la députée fait un excellent travail sur le terrain, ce qui lui a valu le respect de la population et des autres intervenants politiques de sa circonscription.

À la Chambre des communes, c'est une bonne travaillante, qui est parvenue à maîtriser les principaux enjeux en matière d'agriculture et d'agroalimentaire, son dossier comme porte-parole de l'opposition. Elle est aussi vice-présidente du comité parlementaire consacré à l'agriculture.

Mais pour aspirer à diriger un parti national comme le NPD, ça prend plus que ça.

Il faut être capable de répondre à toutes les questions posées à brûle-pourpoint sur des sujets aussi nombreux que variés.

Et au fédéral, on passe du partenariat transpacifique à la détention de Raïf Badawi, en passant par la vente de blindés à l'Arabie saoudite, l'accueil de réfugiés syriens, les enjeux de l'accord de Paris sur le climat, les conditions d'accès à l'assurance emploi pour les pêcheurs de l'Atlantique, la décision de la Cour suprême sur l'aide médicale à mourir ou même les règles de succession au trône britannique. Sans blague.

Il ne fait aucun doute que Ruth Ellen Brosseau, bien entourée et bien briefée, pourrait un jour être à l'aise et aborder adéquatement ces sujets. Mais ce jour-là n'est peut-être pas encore arrivé.

Thomas Mulcair a une facilité à s'exprimer sur à peu près n'importe quel sujet d'actualité. Et contrairement à certains habiles politiciens qui font tout sauf répondre aux questions qui leur sont posées, il démontre une maîtrise souvent étonnante des enjeux sur lesquels il s'exprime.

Il manque donc quelques - ou plusieurs? - bonnes années d'expérience à Ruth Ellen Brosseau pour atteindre ce niveau. Mais les mauvaises langues pourraient dire qu'il manquait la même chose à Justin Trudeau. Et elles n'auraient pas complètement tort.

Là où la candidature possible de Ruth Ellen Brosseau à la direction du NPD pourrait devenir intéressante, c'est dans la visibilité qu'elle donnerait à cette course et dans l'expérience personnelle que cela pourrait lui apporter.

Ruth Ellen Brosseau, c'est une star au NPD. Son histoire au sein de ce parti est digne, on le sait, d'un conte de fées. Et elle-même, comme personne, est d'un naturel affable et chaleureux qui plaît au public et aux médias. Elle est aussi appréciée de ses collègues, qui l'ont reconduite dans ses fonctions de vice-présidente du caucus national en janvier dernier.

Dans une course à la chefferie, elle incarnerait la jeunesse, la candeur. Elle saurait rejoindre les jeunes et les désabusés de la vieille politique. Un peu comme l'avait fait la députée Niki Ashton lors de la course qui a mené à l'élection de Thomas Mulcair en 2012.

La femme de 29 ans, déjà députée de Churchill, avait fait une tournée dans plusieurs régions du pays et avait réussi non seulement à faire parler d'elle, mais aussi de la course en cours au NPD.

Si Ruth Ellen, comme Niki Ashton, jouirait d'un inévitable capital de sympathie en se lançant dans une course, elle pourrait vite prendre conscience de ses limites lorsqu'elle serait confrontée à des joueurs comme Nathan Cullen, Alexandre Boulerice ou... Niki Ashton.

Mais ce serait une formidable occasion pour elle de faire valoir ses idées et de réitérer les raisons qui l'ont poussée à rester en politique.

Ce serait surtout pour elle une belle occasion de faire ses classes encore davantage, elle qui a déjà démontré qu'elle était plutôt douée pour apprendre vite et bien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer