Un grand moment grâce aux bénévoles

Dimanche dernier, c'était fête en l'église Saint-Paul de Grand-Mère. Une messe... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Dimanche dernier, c'était fête en l'église Saint-Paul de Grand-Mère. Une messe solennelle, chantée par le Choeur du Rocher, pour fêter les 25 ans de vie sacerdotale de monsieur le curé François Donaldson avait réuni des centaines de fidèles de quatre paroisses, qui voulaient rendre hommage à leur pasteur.

Homme d'exception mais d'une grande humilité, François est en effet le curé des paroisses Saint-Paul, Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Flore et Saint-Jean-des-Piles.

Plus de 250 de ces fidèles ont partagé ensuite un repas familial en sa compagnie.

Pour l'occasion, la messe était cocélébrée par l'évêque du diocèse, Mgr Luc Bouchard, et l'ancien évêque Mgr Martin Veillette qui, dans son homélie, a expliqué le rôle d'un pasteur dans le monde d'aujourd'hui.

Pas moins de huit autresprêtres, qu'on peut appeler «itinérants», car ils exercent leur ministère dans les différentes paroisses du Grand Shawinigan participaient à la grande messe. Tous les paliers de gouvernement étaient aussi représentés pour l'occasion.

En cette semaine dédiée à l'Action bénévole, cette fête a été rendue possible grâce justement à l'implication de près d'une centaine de bénévoles qui ont tout fait, décoration de la salle, chant, gâteaux d'anniversaire, repas et même le service aux tables lors de trois services.

Tout cela, sous l'égide de Mme Claire Robert, bien secondée par M. Michel Béliveau ainsi que Nicole et Jean-Pierre Jolivet qui ont livré, sous le signe de l'humour - car paraît-il que François est un pince-sans-rire -, un vibrant hommage d'amour à leur pasteur que tous espèrent garder encore un certain temps.

Monsieur le curé, dans son mot de remerciement, en a aussi souligné le désir mais comme «Les voies du Seigneur sont impénétrables» et que c'est Monseigneur qui décide, on vivra un certain temps dans l'incertitude.

Pour terminer en beauté cette grande fête, tous ont entonné le beau chant «Je voudrais», accompagné à la guitare par Gilles Descôteaux et dont je vous livre quelques versets qui témoignent de l'esprit du bénévolat: «Je voudrais, qu'en vous voyant vivre, étonnés, les gens puissent dire: Voyez comme ils s'aiment! Voyez leur bonheur!»

Gaston Bouffard,

bénévole

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer