La réalité est tout autre

En réponse à Mme Anne-Sylvie Duquette «

Agrandir

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réponse à Mme Anne-Sylvie Duquette «Les assistés sociaux et le Salon de l'emploi».

Même si selon Einstein, il est plus difficile de désagréger un préjugé qu'un atome, je reste toutefois convaincue Mme Duquette, qu'en se parlant avec ouverture et respect, il sera possible de diminuer les préjugés et même encore mieux, de combattre la pauvreté un jour... Sait-on jamais, il faut garder espoir!

D'ailleurs, cela semble être une cause qui vous tient à coeur, car vous avez réfléchi à des solutions pour combattre la pauvreté que vous souhaitez soumettre à votre député:

1. Avisez les médecins de cesser de donner des excuses médicales aux prestataires qui s'inventent des maladies.

2. Obliger les prestataires à s'impliquer bénévolement auprès des organismes qui leur viennent en aide, comme la soupe populaire par exemple. Pas de bénévolat, pas de soupes gratuites.

3. Arrêter d'écouter les lamentations des prestataires et les obliger à faire du bénévolat sinon plus de chèques. Quand on veut, on peut!

4. Obliger un enfant qui provient d'une famille sur l'aide sociale à poursuivre ses études ou apprendre un métier.

5. Instaurer à l'école un programme qui valorise le travail, les efforts, l'estime de soi, l'hygiène corporelle et qui apprend à gérer un budget et des trucs pour trouver un travail.

Je me demande bien comment ça se fait que moi, qui travaille auprès des personnes en situation de pauvreté depuis déjà plusieurs années, je n'y ai pas pensé avant...si ça pouvait être aussi simple. Mais la réalité est tout autre! Quand nous travaillons auprès d'êtres humains ayant un vécu, une personnalité, un parcours qui leur sont propres, uniques, il s'avère que c'est quelque peu utopique de croire qu'une même recette pour tous aura le même résultat. Vous insinuez de plus à travers vos suggestions que les prestataires qui utilisent le BS à vie travaillent au noir, ont une mauvaise hygiène corporelle et gestion financière, sont allergiques à l'effort et ont tous des médecins vraiment incompétents.

J'aimerais juste Mme Duquette vous inviter aussi à vous impliquer bénévolement dans un organisme pour que vous constatiez par vous-même que les personnes en situation de pauvreté, sauf pour de très rares occasions, ont une très bonne hygiène corporelle, qu'elles s'impliquent beaucoup et qu'elles souhaitent plus que tout se sortir de «leur vie misérable» comme vous le dites. Je suis certaine que vous serez toujours aussi sensible au phénomène de la pauvreté mais... autrement, c'est-à-dire avec une plus grande dose d'humanisme et de compassion. Il s'agit selon moi de la meilleure suggestion que vous pourriez faire à votre député. «Les préjugés viennent de l'oeil et non du coeur» (Marquis Quirion).

Je vous invite à visionner également, à votre pause au travail, cette vidéo fort divertissante de l'humoriste Louis T: «C'est quoi le problème avec l'aide sociale» qui apporte un regard nouveau sur la pauvreté.

Geneviève Paré

Directrice au Fonds communautaire des Chenaux

(Organisme qui intervient auprès des personnes en situation de pauvreté dans la MRC des Chenaux, en offrant des services d'intervention budgétaire et de sécurité alimentaire).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer