Pourquoi un tel empressement?

Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Pour faire suite à la résolution adoptée par le conseil municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, je me permets de faire un petit historique et rétablir certains faits.

Lors de la séance d'information tenue par le maire Angers où ce dernier est venu expliquer les montants réclamés par sa ville, il a été mentionné, considérant le fossé qui existe entre la ville de Shawinigan et le regroupement des municipalités impliquées, que tant qu'une décision n'était pas rendue par les instances ministérielles, les frais pour les inscriptions des joueurs non-résidents demeureraient les mêmes jusqu'au dépôt du rapport de la Commission des municipalités du Québec, qui arrivera après la date des inscriptions de la prochaine saison.

Alors, je comprends mal l'empressement du maire Dostaler à signer une entente avec la municipalité de Saint-Boniface.

D'autant plus que tous les parents concernés par ce changement et présents lors de la séance du dernier conseil municipal de Notre-Dame-Mont-Carmel ont clairement exprimé qu'ils préféraient attendre considérant que le statut quo (au même tarif) était possible pour la prochaine année.

À qui profite donc cet empressement ? Certainement pas aux parents et aux joueurs qui se retrouveront avec plus de voyagement, des heures de glaces difficilement conciliables avec le travail et des pratiques conjointes à trois équipes...

Alors pourquoi encore une fois aller de l'avant avec cette entente si les parents ne veulent rien savoir d'aller à Saint-Boniface et que Shawinigan retarde l'augmentation des frais en attendant la décision ministérielle? Il n'y a pas eu de vote pour établir le nombre de parents pour ou contre et le maire l'avait promis...

Le maire Dostaler ne nous a pas informés sur le fait que d'importants travaux sont nécessaires à l'aréna de Saint-Boniface (réfection de la dalle réfrigérée, remplacer le compresseur), ce qui fera inévitablement augmenter les frais à très court terme.

C'est simple, le maire Dostaler sait très bien que son concept d'utilisateur-payeur ne sera jamais entériné par les instances ministérielles. Il s'agit là d'un concept qui permettrait à Shawinigan de charger des frais disproportionnés aux non-résidents pour les équipements supralocaux.

Plusieurs jurisprudences existent déjà à cet effet. Donc, un tel entêtement de la part des maires fait en sorte que la Commission municipale du Québec se verra dans l'obligation d'imposer aux maires de retourner s'asseoir à la table de négociations puisqu'il est fort probable que la Commission reconnaisse le caractère supralocal des arénas de la Ville de Shawinigan.

De cette façon, les maires du regroupement pourront ensuite mentionner à leurs citoyens qu'ils n'ont pas eu le choix, qu'ils ont été contraints de négocier, et justifieront ainsi une augmentation des taxes.

Je trouve personnellement déplorable d'utiliser les enfants (tous sports confondus) à des fins d'intérêt politique. Vous semblez oublier que ces enfants vont, pour la plupart, à l'école ensemble, ils se côtoient également en dehors des heures scolaires.

Leur sport est un complément important à leur développement et ils désirent le pratiquer avec leurs amis et non contre ces derniers. Le facteur humain devrait passer bien avant vos intérêts politiques...

Junior St-Onge

Notre-Dame-du-Mont-Carmel

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer