Que se passe-t-il au Québec?

Le premier ministre Philippe Couillard... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Durant neuf ans, nous avons péniblement supporté Harper, ses lubies et ses frasques et voilà maintenant que nous sommes pris avec Couillard et son gouvernement libéral de droite. Qu'a-t-on fait au bon Dieu pour que l'histoire se répète? C'est la première fois que cela m'arrive et, j'ai presque honte de l'avouer, mais, j'en suis venu à regretter Jean Charest. Il faut vraiment être désemparé pour en arriver là.

Lorsque nous regardons ce qui se passe à travers le monde, nous sommes découragés de toute cette violence, de toutes ces injustices, c'est à n'y rien comprendre, tout cela va à l'encontre de nos propres valeurs. Mais voilà que le gouvernement libéral actuel au Québec a décidé de sabrer dans toutes ces valeurs auxquelles nous tenions tant. Évidemment, ce sont nos enfants, nos aînés, nos malades, nos plus démunis qui sont pénalisés au profit des grosses entreprises. La pensée libérale doit être que, pour donner des milliards à ces derniers, il faut bien que quelqu'un paye la note...

Lorsque ce gouvernement doit s'expliquer devant les médias et faire face à la grogne populaire, les ministres inventent toutes sortes de raisons qui n'ont ni queue ni tête. Ils affirment avoir été mal compris, mal interprétés, ils vont même broder des mensonges ou, encore, le premier ministre va souvent utiliser son expression favorite ou, devrais-je dire, sa phrase de défilement: «il faut regarder en amont...».

Compte tenu de toutes leurs bévues, le Parti libéral du Québec est sur la défensive depuis de nombreux mois. Encore récemment, après toutes leurs frasques et, particulièrement, tout l'imbroglio en rapport avec les évènements survenus au Centre Jeunesse de Laval, on a vu la ministre mentir effrontément à la caméra. Par la suite, elle est revenue avec un autre ministre pour défendre ses élucubrations qui niaient avoir tabletté un rapport inquiétant il y a deux ans. Et comme si ce n'était pas assez, il a fallu que deux autres ministres viennent à la rescousse pour appuyer leur consoeur. On se croirait réellement dans une comédie loufoque si ce n'était du sérieux de la situation... Et dire que ce sont ces gens-là qui nous gouvernent... Où s'en va-t-on, je vous le demande.

Nos écoles, nos garderies, nos centres jeunesse, nos maisons de thérapie, nos services de santé, tous crient afin de défendre nos besoins. Il me semblait que ce serait plutôt le mandat du gouvernement de faire cela et à agir en conséquence. Mais non! Ils ont préféré crier à l'austérité et maintenant ils hurlent pour se vanter d'avoir équilibré les finances du Québec... Mais à quel prix? Malgré cela, il viennent encore de couper dans nos garderies. C'est vrai qu'avec leurs revenus, ils se foutent complètement des moins bien nantis.

Les libéraux pensent que ce sont les entreprises comme Bombardier qui sont garantes de l'avenir du Québec, mais, nous autres, gens sensés, nous savons que ce sont nos enfants qui ont cette mission. Sans eux, demain, le Québec ne sera plus! Monsieur Couillard, à Paris, vous avez sûrement jalousé le vedettariat de M. Trudeau... Je regrette, mais vous avez passé l'âge. Alors, cessez de nous berner en tentant de nous faire croire à votre nouvelle tendance environnementale. N'oubliez pas que c'est nous qui payons votre salaire. Je me demande d'ailleurs pourquoi nous continuons à le faire.

Thierry Évrard

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer