Seule comme une citoyenne

Comment peut-on prétendre à l'évolution et au développement... (La Presse)

Agrandir

Comment peut-on prétendre à l'évolution et au développement d'une société quand on augmente consciemment les risques d'atteinte à la qualité de vie de tout un peuple?

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Seule, comme une citoyenne se retrouve souvent devant d'importants enjeux qui la concernent. Seule, derrière un clavier pour répondre à ce qui me semble grave et inquiétant puisque la réaction surgit de mes entrailles de mère, là où se loge le «prendre-soin». Je saisis ma réaction comme un exercice de prise de parole pour partager l'effet que ce tracé projet Énergie-Est provoque de douleur aux entrailles.

L'avis public de l'Office national de l'énergie paru dans tous les journaux du 5 avril dernier m'a secouée. Un désir soudain de participer à l'audience m'a traversée.

Et bien que l'on tienne audience publique pour recevoir celles et ceux qui ont «intérêt» à se faire entendre, combien de seules comme moi pourront se rendre jusqu'à cette tribune justement?

D'autres nous ont déjà dit avec précision et détails documentés les risques encourus d'un tel projet. Alors comment peut-on prétendre à l'évolution et au développement d'une société quand on augmente consciemment les risques d'atteinte à la qualité de vie de tout un peuple? Ce n'est pas d'hier que les Premières nations et la communauté scientifique nous le démontrent, heureusement pour nous. Ferons-nous historiquement et une fois de plus la sourde oreille?

Aujourd'hui, je vis à Trois-Rivières et à chaque jour possible je marche et vais saluer le majestueux fleuve. À chaque fois je trouve un lieu où émerge ce sentiment d'être fort privilégiée de vivre à ses côtés, au sud comme au nord.

Hier par contre, j'ai eu un pincement d'inquiétude où, du parc portuaire, j'ai assisté aux manoeuvres déployées vis-à-vis un très large bateau-cargo pour passer sous les piliers du pont Laviolette. Bien sûr des remorqueurs ont participé à l'alignement. Et si un remorqueur tombait en panne? J'ai eu un frisson à l'idée que le trafic maritime avait déjà augmenté.

Depuis, les yeux rivés sur l'illustration de l'avis public, ce tracé me semble devenir une aiguille que l'on projette enfoncer dans notre grande veine bleue. Ça ne passe pas!

Serions-nous à ce point devenus dépendants? ... du pétrole?

Me fallait-il prendre la plume avant d'oser compléter le formulaire de demande de participation à l'audience? Oui! Parce que nous avons une sacrée veine de vivre, comme des milliers d'autres, aux abords du Saint-Laurent et j'ai une profonde envie de participer à son «prendre-soin», même seule avec ma citoyenneté.

France Guimond

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer