Louiseville doit prendre position dans le dossier Énergie Est

Si le projet se réalisait, cinq municipalités de... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Si le projet se réalisait, cinq municipalités de la MRC de Maskinongé seraient traversées en partie par l'oléoduc de Trans Canada.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Cinq municipalités de la MRC de Maskinongé seraient traversées en partie par l'oléoduc de Trans Canada si jamais le projet de Trans Canada Pipeline (TCP) se réalisait. Saint-Etienne-des-Grès, par la voix de son conseil municipal, vient de se prononcer contre le passage du «gros tuyau» sur son territoire. Le maire Landry, censé représenter - comme tous ses collègues siégeant à la Table des maires de la MRC - les conseillers et les contribuables de sa municipalité avait donné son aval à un projet de résolution «ni pour, ni contre» proposé par le maire de Saint-Élie-de-Caxton qui, soit dit en passant, a également voté contre le projet de TCP quelques mois après la résolution de la MRC.

Le maire de Louiseville s'explique mal le comportement de son collègue. En gros, il lui reproche de jouer à la girouette. «On ne peut pas voter oui à la MRC et non chez soi. Ça ne marche pas de même! Moi, ma position est encore avec la MRC!» Le maire Deshaies est-il en train de nous dire que la résolution «ni pour, ni contre» est en fait une résolution favorable au passage de l'oléoduc Énergie Est? Ç'a ben de l'air que oui! 

Notre bon maire justifie sa position en disant qu'il y a des experts au-dessus de lui. «On va attendre ce que les experts vont décider...» Monsieur le maire, permettez-moi de corriger votre impair. Dans un premier temps, vous n'avez pas d'experts au-dessus de vous et dans un second, ces experts ne votent pas pour ou contre le projet de TCP. Ce que la plupart d'entre eux ont dit, entre autres, jusqu'à ce jour, c'est que la construction du pipeline Énergie Est pourrait engendrer des impacts environnementaux pour des rivières qui présentent des risques de glissement de terrain en raison de l'instabilité des berges. De la trentaine de rivières identifiées «à risque», il y a la Maskinongé, la rivière du Loup, la Chacoura et la Yamachiche, Une bonne moyenne pour la MRC de Maskinongé! Cette information n'est-elle pas suffisante pour conduire une municipalité à faire exactement ce que Saint-Étienne-des-Grès vient de faire?

Louiseville est le chef-lieu de la MRC de Maskinongé. Il me semble qu'à ce titre le conseil municipal aurait dû avoir pris une position claire, nette et précise par rapport au projet Énergie Est depuis belle lurette. Mais comme plusieurs municipalités de la région, les élus de Louiseville ont fait preuve de laxisme jusqu'à maintenant.

J'aimerais leur rappeler qu'ils ne siègent pas à l'hôtel de ville à titre personnel mais comme représentants de la population. Alors, monsieur Deshaies, mesdames les conseillères, messieurs les conseillers, il est temps de vous comporter comme des élus responsables, soucieux du bien-être et de la sécurité de vos commettants. Il est temps de dire un non sans équivoque au passage de l'oléoduc sur le territoire de la ville de Louiseville.

Michel Neveu

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer