Beaucoup de questions sans réponses

Michel Angers, maire de Shawinigan.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel Angers, maire de Shawinigan.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

À la suite de l'intervention de l'APL du Lac-à-à-Tortue et de la réponse du maire Michel Angers, dans Le Nouvelliste, je trouve qu'encore une fois notre administration municipale nous fait des menaces. Vous votez contre, le projet sera définitivement suspendu; vous nous donnez un mandat en blanc alors nous irons de l'avant.

Mais qui veut donner un mandat en blanc à l'administration municipale de Shawinigan alors que plus d'une fois nous avons été floués, malmenés et laissés pour compte, nous les Tortulinois. Nous souhaitons tous que le lac à la Tortue soit sauvé et devienne sain. Il n'y a pas de doute possible que personne ne veut que notre lac continue à se polluer, mais pas à n'importe quel prix.

Plusieurs questions sont sans réponse dans le projet financier. Pourquoi ne pourrions-nous pas payer un paiement unique afin d'éviter la contribution au projet pendant 20 ans? Une personne qui doit payer et pour les égouts et pour l'eau aura déboursé, après les 20 ans, 34,5 % de plus que le montant requis.

Quelle assurance avons-nous que le montant pour les travaux en 2017 ne sera pas augmenté et que notre contribution ne sera pas plus grande? Qu'arrive-t-il de nos droits de passage au lac, que plusieurs personnes utilisent?

Si le lac appartient à Shawinigan, pourquoi les résidents du Lac doivent supporter seuls le fardeau financier pour assainir les eaux et non toute la ville de Shawinigan?

Quand je lis dans Le Nouvelliste que notre conseiller de district, M. Asselin, a dû se «débattre pour que la Ville subventionne au moins une partie de l'asphaltage», je suis stupéfaite qu'il ose dire ce que tout le monde pense des efforts de la Ville de Shawinigan, ce qui confirme bien ce que l'APL mentionne: «on dirait parfois que certains ont en grippe le secteur de Lac-à-la-Tortue».

Lors de la rencontre du 7 mars dernier, il fut mentionné que 79 % des installations septiques au Lac ont plus de 16 ans, alors que la durée d'une installation est de 15 à 20 ans. Pourquoi la municipalité n'a pas exigé des installations sanitaires conformes à chaque année pour protéger notre lac? Qu'arrive-t-il aux résidents qui, par souci de l'environnement, ont une installation récente et doivent encore débourser alors qu'ils sont conformes?

Si le registre consultatif des 3 et 4 avril prochain est négatif au projet, le maire Angers doit s'en prendre à lui-même. La présentation du projet financier fut brève, pas trop de questions et beaucoup d'agressivité face aux résidents contre le projet. Tout comme avec l'harmonisation des rues, le maire confond séance d'information et séance de consultation.

Nicole Forest

Secteur Lac-à-la-Tortue

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer