Oscar pour le pape François

Le film Spotlight a remporté un Oscar le...

Agrandir

Le film Spotlight a remporté un Oscar le mois dernier.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Spotlight, le film gagnant le mois dernier d'un Oscar, montre l'enquête des journalistes du Boston Globe ayant permis de dévoiler en 2002, le scandale impliquant des prêtres pédophiles de l'Église catholique dans la région de Boston.

Ma première réaction a été de ne pas me replonger dans ces périodes difficiles des années 70 pour le clergé et les fidèles d'ici. Difficiles autant pour les personnes impliquées dans ces drames que pour les stratagèmes de cachettes officielles. Après avoir lu la réaction positive du Vatican à la présentation de ce film, je suis allé le voir. J'en suis très content.

J'ai compris que les journalistes du Boston Globe dénoncent et font éclater à la face de l'univers le cancer de l'organisation catholique: se prétendant au centre du monde, une riche puissance politique, elle cache à grand prix tout ce qui peut ternir son image.

Le film ne donne pas la parole aux agresseurs ni aux victimes, mais aux fidèles ayant profondément souffert des gestes commis par l'Église pour défendre son image. Cela, non seulement dans le diocèse de Boston, mais encore à tout ce qui s'appelle catholique à travers le monde.

Ce système que dénoncent les journalistes du Boston Globe, c'est ce même système que ne cesse de dénoncer le pape François en allant à la racine du mal qu'il nomme: «mondanité spirituelle».

Le premier geste du nouveau pape élu devant la foule qui l'acclame, c'est de se reconnaître pécheur et demander aux gens de prier pour lui. Geste bien loin du triomphe d'un conquérant et loin de celui qui se voit comme le nombril du monde.

Depuis son élection comme chef de cette organisation, il ne cesse de dénoncer les membres de l'exécutif de son organisation pour leur «mondanité spirituelle» et les inviter à être «proches de leurs brebis». La même invitation va aux évêques à travers le monde.

La position de l'Église dirigée par le pape François prend un virage de 180 degrés par rapport à la situation des années précédentes. Fini les cachettes pour protéger l'image d'une organisation se disant sainte, orgueilleuse, vaniteuse, se prenant pour le centre du monde.

Une organisation dont les membres étaient respectés pour leur appartenance à la hiérarchie et non pour leur valeur propre.

En camouflant les fautes de son clergé, l'organisation protégeait ses finances et son pouvoir. Ce que le pape nomme une «mondanité spirituelle [...] qui revient à vivre pour se donner la gloire des uns aux autres.» On pourrait dire s'encenser et se protéger les uns les autres.

Le pape François «préfère mille fois une Église accidentée, victime d'un accident, à une Église malade de s'être refermée sur elle-même».

À une organisation qui prend soin d'elle-même, il préfère une organisation qui prenne soin du monde réel où elle est plongée et au service de laquelle elle est engagée au risque de la voir se blesser. Le premier, il en donne l'exemple par ses visites et ses prises de position en faveur des prisonniers, des réfugiés, des populations en guerre, des itinérants, etc.

En périphérie du Vatican, il a organisé des douches, des repas chauds, des soins physiques et psychologiques, des lieux de repos pour les itinérants et il a accueilli des familles de réfugiés.

Les enquêteurs de Spotlight ont ouvert la voie au pape pour réformer l'Église catholique et la ramener à sa mission première: le service du bonheur des humains.

Comme on l'apprenait au petit catéchisme, «Dieu m'a créé pour être heureux sur la terre et avec lui pendant toute l'éternité.» Le bonheur des humains dans la liberté, la fraternité, la justice et la paix. Ce service commence auprès de ceux qui sont les plus malheureux.

Cette réforme entreprise par le pape mérite un Oscar.

*Les citations entre guillemets sont tirées du journal La Croix du 11 mars 2016.

Gilbert Bournival

Saint-Étienne-des-Grès

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer