La parole aux amateurs

Dans la LBSAM, on agit en catimini

René Turner est impliqué depuis longtemps dans le... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

René Turner est impliqué depuis longtemps dans le monde du baseball de Saint-Paulin.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

À la suite de la parution dans le journal Le Nouvelliste dans la chronique de Claude Loranger du refus de l'équipe de baseball Saint-Paulin dans la Ligue sénior A de la Mauricie, plusieurs personnes, dont certains joueurs, m'ont contacté afin de s'enquérir de la raison du rejet de notre demande d'adhésion à la LBSAM.

Voici donc la façon dont j'ai travaillé dans ce dossier.

Comme il n'y a plus de président dans cette ligue, on m'a conseillé de m'adresser à Jean-François Martin pour présenter la demande de l'équipe. Ce dernier m'a signalé que je devais présenter une liste de dix joueurs, comme le stipule le règlement, à Fernand Lebeau.

J'ai donc envoyé une liste qui contenait le nom de 12 joueurs à M. Lebeau, incluant plusieurs informations. Ce dernier m'informe le jour même que ma présentation est incomplète, que je dois fournir la date de naissance du joueur, son adresse, la dernière équipe pour laquelle il a évolué et dans quelle ligue.

Je contacte à nouveau tous les joueurs pour obtenir les informations et je retourne le tout à M. Lebeau. Ce dernier m'avise qu'il a présenté notre première liste au CA de la ligue et il me transmet sa réponse en ces mots.

«À la réunion du CA de la LBRM, les gouverneurs présents trouvaient que le nombre de joueurs sur ta liste était peu élevé et ils se posaient beaucoup de questions.»

Aucune invitation à se présenter à la réunion de la ligue. Après quelques jours, je contacte M. Martin qui me dit que nous n'avons pas besoin d'envoyer un représentant à la réunion, mais que lui-même n'a pas d'objection. Je lui explique que je désire envoyer quelqu'un qui pourra répondre à leurs questions.

À la réunion de la ligue, j'ai mandaté Luc Michaud étant donné que j'étais à l'extérieur. Je lui avais toutefois remis un rapport qui expliquait la position des Aigles de Saint-Paulin. Luc a remis une copie à tous les gouverneurs et chacun en a fait une lecture personnelle.

Il s'est ensuite offert pour répondre aux questions. Le document contenait une liste de 16 joueurs mais aucun n'avait endossé l'uniforme d'une équipe de la ligue en 2015. Toutefois, quatre joueurs provenant du territoire de Saint-Paulin avaient envoyé un courriel à l'équipe de Sainte-Ursule exprimant leur désir de revenir avec l'équipe locale.

Parmi eux, Marc-Antoine Lemay, qui a évolué à Sainte-Ursule depuis deux ans mais qui auparavant a disputé cinq saisons à Saint-Paulin. Les frères Armstrong, William et Anthony, qui ont joué en 2015 à Sainte-Ursule mais qui ont fait parti des Aigles pendant six et trois ans respectivement.

Toutefois, le cas le plus pathétique est celui de Tommy Gélinas. Il appartient à notre territoire, a joué à Sainte-Ursule en 2014 mais n'a pas joué pour cette équipe en 2015 et, de plus, il n'a jamais signé de contrat. Le gouverneur de Sainte-Ursule Mario Paillé déclare avoir inscrit son nom sur la liste de 25 joueurs, donc qu'il est toujours propriétaire de son contrat.

En d'autres mots, il peut l'inscrire sur sa liste et même s'il ne signe pas de contrat, il peut l'empêcher de jouer ailleurs pendant des années. On a donc refusé de lui remettre sa libération, un non-sens incroyable. Il y a un autre joueur qui a joué à Saint-Boniface l'an passé, après avoir évolué pendant trois ans à Saint-Paulin, qui voulait obtenir sa libération, soit Samuel Gagnon. Là encore, cette équipe aurait refusé sa demande selon ce qu'on nous a dit.

C'est vrai que les cinq joueurs n'étaient pas inscrits sur notre liste. Cependant, ces joueurs désiraient revenir à Saint-Paulin et c'est pour eux qu'on voulait faire revivre le baseball chez nous car se sont de jeunes joueurs avec un bon potentiel qui auraient assuré la pérennité du baseball local durant plusieurs années.

On comprenait la situation et notre but n'était pas de priver Sainte-Ursule de son club de baseball, mais de trouver un terrain d'entente. Notre représentant a fait une suggestion à l'effet que Sainte-Ursule puisse libérer un joueur annuellement au profit de Saint-Paulin.

La ligue et Mario Paillé ont rejeté cette proposition. Pour la saison 2016, l'équipe de Mario pourrait avoir droit à un joueur de la LBRM et déjà elle a acquis les services de Rémi Bruneau, un bon joueur en provenance de Saint-Maurice.

Lors de la journée de l'assemblée, M. Lebeau a prévenu notre représentant Luc Michaud qu'il ne serait pas présent dans la salle pour la prise du vote. Après la votation, on l'a invité à retourner à l'assemblée pour lui annoncer qu'une seule équipe s'était montrée en faveur de Saint-Paulin, contre neuf en défaveur. L'an passé, lorsque Sainte-Anne a fait une demande d'adhésion, son représentant est demeuré sur place pour le vote des gouverneurs. Deux poids, deux mesures. Quand je vous dis qu'on a agi en catimini!

Même si la ligue exigeait toutes sortes d'informations parfois inutiles à mon avis, nous avons rempli toutes les conditions. J'ai travaillé pendant deux mois pour former une équipe de baseball. L'objectif du président Henri-Jean Julien et moi-même était de faire revivre le baseball dans notre localité qui, pendant 60 ans, a participé au baseball rural.

La constitution de cette ligue, dans l'article 2, indique qu'il s'agit d'une ligue de participation et non de compétition. À la lueur du comportement des dirigeants, qu'en pensez-vous?

Je pose une question. Pourquoi Saint-Paulin devrait être la seule équipe à se trouver des joueurs alors que Sainte-Ursule, qui joue avec les joueurs de Saint-Paulin, ne fait aucun effort pour se trouver des joueurs et permettre à la localité voisine d'opérer son club de baseball?

Après six ans à la présidence de la ligue, soit depuis sa fondation, François Bruneau a remis sa démission. Son objectif était d'ajouter des équipes dans la ligue et permettre à plus de joueurs de participer. Quelques gouverneurs lui ont fait la vie dure car ils désiraient prendre de l'importance. Ce sont ces mêmes personnes qui ont combattu afin d'empêcher un retour de notre équipe au baseball rural.

Je connais des personnes qui ont été approchées pour diriger la ligue. Elles ont refusé. Je les comprends!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer