L'idéologie de base de Desjardins se perd

L'article paru dans Le Nouvelliste du 15 mars dernier ayant pour titre... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'article paru dans Le Nouvelliste du 15 mars dernier ayant pour titre Rémunération globale en hausse à la haute direction ne me laisse pas indifférente.

Je me questionne énormément sur la justification du salaire exorbitant (3,9 millions $) de la présidente du mouvement Monique Leroux. Sans compter une «allocation» de 571 612 $ qu'elle touchera à la fin de son mandat! De même en ce qui concerne Normand Desaultels, vice-président exécutif à la direction du mouvement Desjardins et directeur général de la Fédération, qui a touché une rémunération de 2,15 millions $. Je suis consciente du fait que, lorsqu'il est question d'argent, il faut aussi qu'il y ait de la rentabilité. Mais rentable pour qui dans le mouvement Desjardins? Je ne crois pas que ce soit pour le petit épargnant!

Je constate depuis des années qu'il y a de plus en plus de fermetures de centres de services, coupes de postes qui occasionnent par le fait même des pertes d'emplois ou des diminutions des heures de travail pour les employés chez Desjardins. Une des raisons souvent invoquées: compétitionner les banques. Je comprends que nous sommes en 2016 et qu'il faut évoluer tout comme les technologies évoluent.

Mais j'ai l'impression que l'idéologie de base de la fondation des caisses Desjardins s'est perdue au fil des années! Nous sommes très très loin des motivations d'Alphonse Desjardins! J'ai l'impression que le mouvement profite plus aux gros investisseurs et à la haute direction du mouvement qu'aux petits épargnants (comme moi!). De plus, les montants d'argent versés en ristournes diminuent d'année en année malgré les surplus amassés. En tant que «coopérante» chez Desjardins, je crois que les coupes ne se font pas aux bons endroits.

Je suis contre le fait de fermer des centres de services, de couper des emplois et de constater les salaires exorbitants des dirigeants de la très haute direction. Le partage n'est pas équitable! Je termine en mentionnant que j'éprouve un immense respect pour tous les employés(es) des centres de services Desjardins.

Sylvie Teasdale

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer