Écartillé avec sa langue d'Europe en Amérique

Le Cirque du Soleil mise sur l'univers de... (La Presse)

Agrandir

Le Cirque du Soleil mise sur l'univers de Robert Charlebois pour l'été 2016 à l'Amphithéâtre Cogeco.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je lisais dans Le Nouvelliste du mercredi 16 mars ce qu'on nous promettait pour le spectacle Tout écartillé du Cirque du Soleil à l'Amphithéâtre, cet été, en hommage à Robert Charlebois.

Entre autres, un certain Jean-Phi Goncalvez annonçait qu'il prenait le pari, disait-il, de réenregistrer les trames ainsi que les voix des oeuvres de Robert Charlebois en compagnie de l'homme lui-même.

Est-il permis d'avoir hâte d'entendre tout ça? Surtout de connaître les chansons qu'on va choisir dans le colossal répertoire du chanteur qui aura 72 ans en juin et que je suis allé voir et entendre à nouveau l'été dernier au Festi-beach de Lac-à-la-Tortue.

Peut-être sommes-nous nombreux à nous être délectés récemment de la formidable série que lui a consacré la radio de Radio-Canada intitulée Charlebois par-delà Lindberg et réalisée par Francis Legault? Cela a permis de mesurer encore le parcours incroyable de cet artiste. Tout un itinéraire de pièces inoubliables, donc, servies tout au long de sa vie par cet homme «écartillé» avec sa langue d'Europe en Amérique (car c'est ce que signifie la chanson Tout écartillé écrite pour lui par Marcel Sabourin).

Quoi qu'il en soit, nous sera-t-il permis d'entendre, cet été, des «négligés» inoubliables? Je pense à Trouvez mieux, par exemple, en hommage à André Citroën avec, au départ, l'enregistrement d'une automobile qui démarre; Fais-toi z'en pas, écrite par Réjean Ducharme avec une si longue introduction musicale; Deux femmes en or (oui! oui!) dont le texte est de Mouffe mais que l'orchestre symphonique qui l'accompagne rend monumentale; Sensation avec le poème de Rimbaud, dont on s'est servi dans tant de cours de littérature; Avril sur mars qui avait rapporté à son auteur une formidable reconnaissance et puis, bien plus récemment (quoique...), Heureux en amour?, encore de Réjean Ducharme.

En tout cas...

Réjean Martin

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer