Sauvetage nautique: aux citoyens de décider!

Le conseiller Charles Fréchette, président du comité incendie... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le conseiller Charles Fréchette, président du comité incendie de la Ville de Louiseville, est le seul élu à avoir voté contre l'abolition du service de sauvetage nautique.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Sera-t-il possible de ramener à la vie le service de sauvetage nautique de Louiseville? La réponse appartient aux citoyens!

Louisevilloises, Louisevillois, votre conseil municipal a décidé que, dorénavant, les pompiers ne porteraient plus assistance à une personne en danger sur un des trois plans d'eau qui se trouvent sur son territoire. Les conseillers ont adopté à cinq voix contre une, celle de monsieur Charles Fréchette, président du Comité sécurité incendie, une résolution visant l'abolition du service de sauvetage nautique lors de la réunion du 14 mars dernier. Cette décision découle de la volonté du conseil de rationaliser les dépenses de tous les postes budgétaires. Le maire n'a pas déterminé les montants d'argent que ses conseillers et lui veulent économiser au cours du présent exercice, mais il a souligné que c'était un premier pas... Sachez que cette économie de 5000 $ sur un budget de plus de 10 M$ va du même coup permettre aux contribuables propriétaires d'une résidence évaluée à 150 000 $ de mettre douze sous par mois dans leurs poches!

Pour justifier la décision du conseil, le maire a invoqué qu'on n'avait même pas fait appel au dit service depuis sa création.

Pour montrer l'insipidité de ce motif, j'ai demandé aux élus, pendant une période de questions, si je ferais bien de ne plus prendre d'assurances contre le feu et le vol étant donné que je n'en avais jamais eu besoin depuis que je réside à Louiseville. Le maire et le conseiller Lamy n'ont pas compris ou n'ont pas voulu comprendre le sens vrai de mon intervention. Ils m'ont répondu que c'était mon problème.

Je regrette de ne pas avoir tout de suite répliqué qu'ils avaient pris une décision sur un sujet qui était aussi mon problème et celui de tous les citoyens, sans nous consulter.

Comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, je viens prier tous les Louisevillois et Louisevilloises qui estiment que cette décision s'avère une erreur monumentale le fassent savoir, haut et fort, aux membres du conseil municipal. Je les invite à crier leur honte de leurs élus. Je les invite à rappeler à ces «décideurs» qu'ils ont manqué de jugement en adoptant cette position et qu'ils doivent corriger le tir au plus sacrant.

Pour légitimer la position de «son» Conseil, le maire a également affirmé que tel service n'était pas obligatoire. Les gens de Louiseville doivent lui rappeler que ce n'est pas parce qu'un service de sécurité nautique n'est pas obligatoire qu'il faille bêtement s'en départir. Ils doivent aussi lui rappeler qu'il y a d'autres services municipaux qui ne sont pas obligatoires et qui, pourtant, n'ont jamais fait l'objet de coupes.

Personne ne contestera l'idée que Monsieur le maire et les conseillers ont le mandat d'assurer une saine gestion des deniers publics. Cela dit, la majorité des gens seront d'accord pour dire qu'ils ont le devoir de consulter la population quand la poursuite de cet objectif met en péril le bien-être et la sécurité des personnes.

Michel Neveu

Louiseville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer